Salvini à Washington pour consolider l'alliance avec Trump

Fort de ses récents succès électoraux, aux européennes et aux municipales, le chef de la Ligue et vice-président du Conseil italien Matteo Salvini part aux États-Unis renforcer sa stature internationale et donner des gages à un puissant partenaire historique de l’Italie.Lors de sa visite aux États-Unis, le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini rencontrera le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et le vice-président Mike Pence, qui le recevra dans sa résidence officielle du rond-point de l’Observatoire. Protocole oblige, aucune rencontre à la Maison-Blanche n'est prévue.Même si Matteo Salvini disait récemment à la télévision qu’il n’était pas pressé de gouverner l’Italie, il sait que la relation entre Rome et Washington doit être soigneusement cultivée dans cette perspective. Il y a quelques mois, un proche de l’état-major de la Ligue, le secrétaire d’Etat Giancarlo Giorgetti, l’avait d'ailleurs précédé.« Le principal allié de Donald Trump en Europe »Si l'accord économique signé avec la Chine à la visite de Xi Jinping à Rome au printemps n’est sans doute pas du goût des Américains, si Washington et Wall Street s'inquiètent de la dette italienne, les affinités ne manquent pas. Matteo Salvini et Donald Trump partagent le même nationalisme, la même hostilité à l’Union européenne, le même soutien à Benyamin Netanyhu en Israël, Jair Bolsonaro au Brésil ou Juan Guaido au Venezuela.« J'espère réussir à porter votre voix de façon claire et forte lors de cette visite », a tweeté le vice-président du Conseil italien et ministre d'Intérieur Matteo Salvini avant de s'envoler pour les États-Unis.Leurs vues convergent également sur l'immigration et la fermeture des frontières, un sujet dont il devrait beaucoup être question pendant cette visite. Le succès de la Ligue aux récentes élections, qui renforce sa position au gouvernement, ne peut que rassurer Washington. Un conseiller de Matteo Salvini, Guglielmo Picchi, l'avait fait savoir en février, dans une interview a à l'agence Bloomberg. « Nous serons le principal allié de Donald Trump en Europe », avait-il déclaré.► À (ré)écouter : L’Italie de Matteo Salvini

Fort de ses récents succès électoraux, aux européennes et aux municipales, le chef de la Ligue et vice-président du Conseil italien Matteo Salvini part aux États-Unis renforcer sa stature internationale et donner des gages à un puissant partenaire historique de l’Italie.

Lors de sa visite aux États-Unis, le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini rencontrera le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et le vice-président Mike Pence, qui le recevra dans sa résidence officielle du rond-point de l’Observatoire. Protocole oblige, aucune rencontre à la Maison-Blanche n'est prévue.

Même si Matteo Salvini disait récemment à la télévision qu’il n’était pas pressé de gouverner l’Italie, il sait que la relation entre Rome et Washington doit être soigneusement cultivée dans cette perspective. Il y a quelques mois, un proche de l’état-major de la Ligue, le secrétaire d’Etat Giancarlo Giorgetti, l’avait d'ailleurs précédé.

« Le principal allié de Donald Trump en Europe »

Si l'accord économique signé avec la Chine à la visite de Xi Jinping à Rome au printemps n’est sans doute pas du goût des Américains, si Washington et Wall Street s'inquiètent de la dette italienne, les affinités ne manquent pas. Matteo Salvini et Donald Trump partagent le même nationalisme, la même hostilité à l’Union européenne, le même soutien à Benyamin Netanyhu en Israël, Jair Bolsonaro au Brésil ou Juan Guaido au Venezuela.

« J'espère réussir à porter votre voix de façon claire et forte lors de cette visite », a tweeté le vice-président du Conseil italien et ministre d'Intérieur Matteo Salvini avant de s'envoler pour les États-Unis.

Leurs vues convergent également sur l'immigration et la fermeture des frontières, un sujet dont il devrait beaucoup être question pendant cette visite. Le succès de la Ligue aux récentes élections, qui renforce sa position au gouvernement, ne peut que rassurer Washington. Un conseiller de Matteo Salvini, Guglielmo Picchi, l'avait fait savoir en février, dans une interview a à l'agence Bloomberg. « Nous serons le principal allié de Donald Trump en Europe », avait-il déclaré.

► À (ré)écouter : L’Italie de Matteo Salvini