"Salvator Mundi" : l’histoire de la bataille autour du tableau le plus cher du monde

Au cœur de la Louisiane, aux États-Unis, le tableau prenait la poussière dans une maison cossue. En 2005, un marchand d’art new-yorkais repère le Salvator Mundi, lors d’une simple vente en ligne où il est présenté comme une copie. Convaincu qu’il s’agit d’une véritable œuvre de Léonard de Vinci, il l’achète pour un millier de dollars, avant de le faire restaurer. Plusieurs experts sont consultés, mais la majorité doute. Malgré les réserves, le tableau est exposé à Londres, au Royaume-Uni, en 2011, comme un De Vinci. Que dit l’expertise scientifique ? En 2013, la toile est achetée 127 millions de dollars par un milliardaire russe, avant d’être revendue quatre ans plus tard à New York lors d’une enchère historique qui monte à 400 millions de dollars. L’identité de l’acquéreur est secrète, mais les regards se tournent vers Mohammed ben Salmane, le prince héritier saoudien. Un an plus tard, le tableau est expédié au Louvre, à Paris, pour une expertise scientifique. précise un haut-fonctionnaire du ministère, qui témoigne anonymement. Le monarque exige que le tableau fasse partie de la grande exposition que prépare le Louvre sur Léonard de Vinci.