Salvador: une attaque meurtrière vise des militants du FMLN en pleine campagne électorale

·2 min de lecture

En pleine campagne électorale des législatives et des municipales prévues fin février au Salvador, une attaque a visé dimanche le convoi d'un parti de gauche, faisant deux morts et cinq blessés. Le président est accusé d'attiser les tensions dans un pays qui est sorti d'une longue guerre civile il y a moins de 30 ans.

C'est l'un des signataires des accords de paix de 1992 qui a été visé dimanche par un attentat. En plein centre de la capitale San Salvador, des hommes masqués ont tiré sur une caravane de militants de l'ancienne guérilla du FMLN, le Front Farabundo Marti pour la libération nationale, qui est devenu un parti politique représenté au Parlement. « Nous n'avons jamais vécu quelque chose d'aussi dramatique en 29 ans d'accords de paix », a réagi Óscar Ortiz, le secrétaire général du FMLN,

Trois personnes ont depuis été arrêtées. « Les responsables subiront tout le poids de la loi », a martelé sur Twitter le président salvadorien Nayib Bukele, dont le parti Nuevas Ideas est en tête des intentions de vote pour ces législatives, mais dont la rhétorique est très critiquée. Depuis le début de la campagne, il a multiplié les attaques contre ces accords de paix de 1992, allant même jusqu'à remplacer, mi-janvier, les traditionnelles commémorations par une journée des victimes.

Après ces attentats, le secrétaire général du FMLN a qualifié le président de « sauvage ». Une partie du secteur privé condamne aussi Nayib Bukele et l'accuse d'attiser les violences.

Dans son édito de lundi, le journal El Mundo appelle la classe politique à se ressaisir pour le bien d'un pays qui sombre dans la crise économique. Il l'appelle à respecter l'État de droit pour que le Salvador redevienne une destination sûre pour les investissements.

Quelque 5,4 millions de Salvadoriens sont appelés à élire les 84 députés du congrès unicaméral et les 262 maires du pays et leurs conseils municipaux le 28 février prochain. Une dizaine de partis participent à cette élection.