Salto : Le Sénat dénonce un "investissement absurde" et "s'étonne du silence du gouvernement sur cet échec annoncé"

Thomas Follin (Salto) invité de BFM Business
 - Abaca
Thomas Follin (Salto) invité de BFM Business - Abaca

Le Sénat, par la voix de Roger Karoutchi, réagit ce mardi à la dissolution annoncée de la plateforme Salto.

Le palais du Luxembourg dézingue la plateforme française. Ce mardi, via un communiqué, le sénateur LR des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, rapporter spécial des crédits du compte de concours financiers "Avances à l'audiovisuel public", réagit au projet de dissolution de Salto, information révélée par puremedias.com hier. Le Comité social économique extraordinaire de France Télévisions doit se réunir le vendredi 20 janvier prochain à ce sujet.

"Il est aberrant que le groupe public se trouve dans cette position"

Dans son communiqué, le vice-président du Sénat rappelle qu'il avait "alerté dès la création de cette plateforme sur le problème de positionnement que celle-ci allait rencontrer face aux géants américains". "(Roger Karoutchi) s'était, en outre, interrogé sur la stratégie d'investissement de France Télévisions. L'opportunité pour le groupe public de rejoindre dans ce projet les groupes TF1 et M6 n'apparaissait pas claire pour un groupe public", poursuit-il.

Par ailleurs, Roger Karoutchi note qu'au regard "du caractère confidentiel des données financières de Salto", "imposé par l'Autorité de la concurrence", et "en étant rappelé que France Télévisions n'est pas l'éditeur des programmes de cette société", "le groupe public ne disposait pas du détail des investissements dans les programmes et dans la plateforme technique", "ni du détail des dépenses de fonctionnement de...

Lire la suite


À lire aussi

"Je prends des notes" : Raquel Garrido donne des leçons de journalisme à BFMTV, Bruce Toussaint riposte
Brut crée un nouveau format de vidéo entièrement réalisé grâce à l'intelligence artificielle
Jean Clémentin, ancien journaliste du "Canard enchaîné" accusé d'espionnage, est mort