Salman Rushdie grièvement blessé dans une attaque au couteau aux États-Unis

JOE KLAMAR / AFP

“La vie de Salman Rushdie vient à nouveau de basculer, cette fois à New York où il vivait depuis plus de deux décennies”, soupire Le Soir. Alors qu’il s’apprêtait à donner, vendredi matin, une conférence littéraire dans un centre culturel de Chautauqua, dans l’État de New York, Salman Rushdie a été violemment poignardé par un homme masqué, rapidement maîtrisé et arrêté.

“L’agresseur a poignardé M. Rushdie dans l’abdomen et dans le cou, selon la police et les témoins”, s’acharnant sur l’écrivain “alors que plusieurs personnes le retenaient”, rapporte le New York Times. “Il a fallu cinq hommes pour l’éloigner et les coups de couteau continuaient”, a déclaré au quotidien Linda Abrams, qui était assise au premier rang. “Il était déchaîné, absolument déchaîné. Déterminé et vraiment rapide”, a-t-elle ajouté.

L’écrivain a été transporté par hélicoptère vers l’hôpital le plus proche où il a été opéré en urgence. Le premier bilan de santé officiel a été communiqué dans la soirée. “Les nouvelles ne sont pas bonnes”, a affirmé son agent Andrew Wylie dans un e-mail envoyé au New York Times. “Salman va probablement perdre l’usage d’un œil, les nerfs de son bras ont été sectionnés et son foie a été touché”, a-t-il précisé.

Motif inconnu

Dans l’après-midi, la police a identifié l’agresseur présumé, Hadi Matar, un homme de 24 ans résidant dans l’État du New Jersey. “Le motif n’a pas été précisé” et le bureau du procureur n’a pas encore décidé des chefs d’accusation retenus contre le jeune homme, selon le Washington Post. Le FBI s’est joint à l’enquête, souligne en outre le quotidien de la capitale.

El País indique que “le chef de la police n’a pas voulu spécifier le pays d’origine [de l’agresseur présumé] ni lier ses actions à la fatwa émise” par l’ayatollah iranien Rouhollah Khomeini à en 1989. Mais des sources policières ont confié au New York Post que Matar avait publié “sur les réseaux sociaux des messages de soutien à l’Iran et au Gardiens de la révolution, et plus généralement à l’extrémisme chiite”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :