Salles de shoot : le gouvernement veut les pérenniser après 2022

·1 min de lecture
« Le nombre de lieux ne sera pas fixé par l'État, puisque, selon notre ligne, c'est un constat local qui préside à la construction d'un projet », précise-t-on Rue de Ségur.
« Le nombre de lieux ne sera pas fixé par l'État, puisque, selon notre ligne, c'est un constat local qui préside à la construction d'un projet », précise-t-on Rue de Ségur.

Le gouvernement va permettre de développer des salles de consommation de drogues à moindres risques au-delà de 2022. C?est ce qu?a annoncé le ministère de la Santé à l?Agence France-Presse, jeudi 15 juillet. La Ville de Paris souhaite également multiplier ces espaces face au crack qui gangrène le nord-est de la capitale.

Début juin, le cabinet d?Olivier Véran avait jugé « positif » le bilan des deux structures de ce genre testées à Paris et à Strasbourg depuis 2016, et avait expliqué vouloir « pérenniser » dans le droit commun ces dispositifs, dont l?expérimentation n?était prévue que jusqu?en 2022.

Des divisions au sein du gouvernement

Ce projet était toutefois suspendu à un arbitrage de Jean Castex, alors que ces « salles de shoot » irritent au sein même du gouvernement. Le ministre de l?Intérieur, Gérald Darmanin, s?est publiquement opposé fin juin à la création d?un espace de ce type à Lille, et à Paris, le préfet de police Didier Lallement répète régulièrement l?opposition de Beauvau « à des salles où on se drogue ».

Le Premier ministre a désormais tranché et le dossier « est bien arbitré », explique le ministère de la Santé. Une disposition doit être inscrite dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, qui sera soumis au vote de l?Assemblée nationale en septembre, pour prolonger l?existence de ces salles de consommation à moindres risques (SCMR). De quoi permettre aux villes qui le souhaitent de créer de nouvelles structures.

À LIRE AUSSI [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles