Les salles sont fermées, mais le théâtre vit toujours !

Par Valérie Marin La Meslée
·1 min de lecture
Mexianu Medenou et Alexis Tieno dans « Tropique de la violence », spectacle mis en scène d'Alexandre Zeff.  À venir au théâtre de la Cité internationale en septembre.
Mexianu Medenou et Alexis Tieno dans « Tropique de la violence », spectacle mis en scène d'Alexandre Zeff. À venir au théâtre de la Cité internationale en septembre.

Le noir se fait dans la salle de 400 places du théâtre de la Cité internationale au c?ur de la cité universitaire à Paris, en ce mois de janvier où les théâtres sont partout fermés, les comédiens et toute la profession rivés à cette interminable attente, et le public frustré. Une belle voix off de femme, des images en noir et blanc, et puis des chansons, des danses, des percussions vont faire vivre un texte de toute beauté devenu presque un poème dont les phrases suivent un rythme syncopé.

Au bout d'une heure trente de représentation, les comédiens viennent saluer, c'est bête, mais on avait, et eux aussi, oublié ce moment magique, les applaudissements fusent, émanant d'un petit public (une trentaine de personnes, à peine davantage pour la dernière représentation) de professionnels, programmateurs de salles ? Odéon, théâtre de Sartrouville pour ne citer que ceux-ci ?, spectateurs venus de l'Éducation nationale pour un public scolaire, ou encore journalistes, dont nous étions.

Spirale de violence

Tropique de la violence, le spectacle d'Alexandre Zeff, adapté du roman de Nathacha Appanah, Prix Femina des lycéens (parmi bien d'autres récompenses), était programmé en novembre 2020, puis reporté du 11 au 26 janvier 2021, pandémie oblige, et finalement décalé en septembre. Pour autant, la troupe a pu maintenir en ces lieux cinq représentations à destination des professionnels et des médias, mais elles ont dû être repoussées parce que deux des comédiens, dont le dram [...] Lire la suite