Dans les salles blanches ultra-propres où le télescope spatial Webb a été préparé

·1 min de lecture

Parti de Californie, aux États-Unis, l’observatoire spatial James Webb est arrivé au Centre spatial Guyanais (CSG) le 12 octobre. Depuis cette date, il est préparé en vue de son lancement à bord d’une Ariane 5 prévu le 22 24 décembre. Cette préparation est faite avec le souci permanent que l’observatoire, son miroir primaire de 6,5 mètres (composé de 18 segments hexagonaux constitués de béryllium et recouverts d’or) et ses instruments soient préservés de toute contamination. Que ce soit des poussières, des molécules organiques ou des fibres vestimentaires. C’est pourquoi elle doit avoir lieu dans un environnement extrêmement propre.

Comme nous l’explique Olivier Schmeitzky, référent ESA (Agence spatiale européenne) pour les aspects contamination lors de campagnes de lancement, « avec la Nasa, Arianespace et le Cnes, nous avons mis en place des procédures spécifiques et un mode opératoire qui diffèrent par rapport à la préparation d’un satellite "classique" ». Le but est de supprimer au moins 90 % de la contamination qui est habituellement observée en salle blanche. Pour cela, l’équipe contamination du CSG a été renforcée et « compte 16 experts Contamination de la Nasa, ainsi qu’une vingtaine de personnes détachées par Arianespace et le Cnes pour les activités critiques » alors que seules deux à trois personnes sont chargées de ces tâches pour un satellite de télécommunication ou scientifique sans contraintes particulières.

Les différentes étapes avant le lancement du télescope spatial James Webb jusqu'au jour J. © ESA
Les différentes étapes avant le lancement du télescope spatial James Webb jusqu'au jour J. © ESA

Maintenir James Webb propre est un défi permanent

La salle blanche du Bâtiment S5, où sont préparées les charges utiles qui embarquent à bord des lanceurs, a été préparée bien avant l’arrivée du James Webb avec un « nettoyage effectué de fond en comble aussi appelé tornade blanche » pour la rendre aussi propre que possible, c’est-à-dire « débarrassée de toutes poussières visibles et molécules organiques en suspension ».

Le but est de supprimer au moins...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles