La saleté, c’est bon pour la peau ?

© Pixabay

Et certains laissent entendre que nous serions tombés dans l’abus de savon. Cette habitude aurait deux inconvénients : elle n’est pas écologique et est trop agressive pour la peau. Les bonnes bactéries qui logent sur notre épiderme et nous protègent des agressions extérieures ne résisteraient pas à ces décrassages quotidiens ; ce qui rendrait notre peau plus fragile, plus sèche et irritée.

Mais les preuves scientifiques font défaut. Une étude dans la très sérieuse revue CellPress parue en 2016 affirme même que notre flore bactérienne se reconstitue à l’identique en deux ou trois heures. La théorie hygiéniste, élaborée au XIXe siècle, défend quant à elle l’idée que les enfants élevés à la ferme, au contact de nombreux germes, seraient dotés d’un système immunitaire plus mature et développeraient moins d’allergies. Les études à ce sujet restent encore très contradictoires.

Le secret de leur composition repose sur la présence de probiotiques (les bactéries vivantes), de prébiotiques (les sucres et fibres nécessaires à leur alimentation), mais aussi des postbiotiques (les déchets de bactéries). L’une des marques proposant ce type de produits se nomme Mother Dirt, mère Saleté ! Pour le moment, il est seulement prouvé que la dermatite atopique – un eczéma chronique inflammatoire – est liée à une perte de diversité microbienne. Mais personne n’a encore trouvé la recette miracle pour réensemencer les bonnes bactéries cutanées.

Ça peut aussi vous intéresser :

Qui sont ces acariens qui squattent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Drogue : c'est quoi la 3MMC, cette nouvelle substance à la mode ?
Grossesse : les polluants impactent la thyroïde, selon une étude française
La phagothérapie, un traitement de pointe
Nos conseils pour éviter les pesticides dans les fruits et les légumes
La tumeur maligne : première cause de mortalité en France ?