Salaud, on t'aime (C8) - Sandrine Bonnaire : "Johnny Hallyday m’a épatée"

·1 min de lecture

C’est parce qu’elle avait à cœur de retravailler avec Jacques Dutronc, qu’elle avait particulièrement apprécié sur le tournage de C’est la vie, de Jean-Pierre Améris (2001), que Sandrine Bonnaire a accepté la proposition de Claude Lelouch. Et c’est ainsi que la comédienne s’est retrouvée à donner la réplique à… Johnny Hallyday ! Dutronc s’étant retiré du projet. Une vieille canaille chasse l’autre… Devant l’objectif de l’auteur d’Un homme et une femme, elle incarne Nathalie, directrice d’une agence immobilière de province, qui s’éprend de l’un de ses clients, le célèbre photographe de guerre Jacques Kaminsky, joué par Johnny.

Sans fausse pudeur

Après une vie de bourlingue et d’histoires d’amours manquées, ce dernier aspire à poser ses valises pour renouer avec ses quatre filles, sacrifiées à sa carrière. Entre Nathalie et Jacques, c’est le coup de foudre. "L’alchimie est immédiate. Ils se reconnaissent. Comme Johnny et moi lorsque nous nous sommes vus pour la première fois. Je pense que notre timidité nous lie", raconte Sandrine très touchée par les thèmes évoqués. "Jacques veut faire face à ses erreurs et dire, enfin, je t’aime. Le film souligne la nécessité de dire les choses quand les gens sont encore là." À l’écran, Johnny, c’est moi, affirmait le réalisateur en 2014. "

À 76 ans, c’est mon film le plus personnel. Je voulais, sans fausse pudeur, filmer ce que je ressens au plus profond, mettre à n... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi