Des salariés de Total indemnisés en justice après un tweet du PDG

·1 min de lecture
La société Sasca est une filiale à 60 % de Total (illustration).
La société Sasca est une filiale à 60 % de Total (illustration).

Avant les réseaux sociaux, il fallait réfléchir avant de parler. Mais maintenant il faut bien réfléchir avant de tweeter. Patrick Pouyanné, le PDG de Total, l'a appris à ses dépens après une décision de justice accordant aux plaignants 1 100 euros chacun, au titre du rappel de la prime Macron qui avait été promise en 2018 et qu'ils n'avaient pas reçue en intégralité, rapporte Les Échos ce vendredi 14 mai. Le 11 décembre 2018, Patrick Pouyanné avait en effet annoncé sur Twitter le versement d'une « prime exceptionnelle de 1 500 euros pour tous (leurs) salariés en France ».

Les salariés de la société Sasca, filiale à 60 % de Total, n'ont reçu que 400 euros. Il s'agissait là d'une décision de leur direction directe et non de celle de Total France. Mais, après avoir pris connaissance du fameux tweet, la CGT a porté l'affaire en justice et c'est bien le groupe qui a été sanctionné par la décision de justice.

Les salariés de la filiale Sasca l'ont emporté en deuxième instance

En première instance, la justice avait considéré que le tweet de Patrick Pouyanné n'était pas un élément suffisant pour condamner Total. Mais les plaignants ont ensuite versé au dossier un document avec le logo de Total en en-tête précisant que la prime devait bénéficier à « tous les salariés de Total et de ses filiales ». Les salariés de la Sasca n'avaient pas reçu ce document, mais d'autres filiales si.

Désormais, les salariés ne sont plus les seuls à devoir faire attention à ce qu'ils publie [...] Lire la suite