«Les salariés ont de moins en moins confiance en Whirlpool»

Libération.fr

C’était un mardi noir. Il y a deux jours, les discussions entre la direction de Whirlpool Amiens et l’intersyndicale se sont soldées par un échec, malgré plus de quatre heures de débats. «On était très loin du compte, note Pascal Lefebvre, 57 ans, délégué CFTC et secrétaire adjoint du comité d’entreprise. A mille lieux de ce qu’un groupe comme Whirlpool doit mettre sur la table, une prime extra-légale digne de ce nom.»

La prime extra-légale, c’est ce montant qui s’ajoute au minimum légal des indemnités de licenciement négocié par les partenaires sociaux dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Pour le syndicaliste, un groupe «qui gagne 900 milliards de dollars en un an et se comporte comme ça, on ne comprend pas. S’ils étaient pris à la gorge, ce serait différent».

Les syndicats ont présenté les propositions de la direction au personnel, qui en est sorti «très remonté». La moyenne d’âge des salariés de l’usine est de 48 ans, et peu croient à la perspective d’un repreneur. «Le PSE se passe mal. Ils ont de moins en moins confiance en Whirlpool», explique Pascal Lefebvre. Beaucoup voient dans cette stratégie patronale une volonté de pousser à bout les salariés, de les entraîner dans un «combat dur, voire violent». «Des négociations fermées, ce n’est pas anodin, analyse le syndicaliste. Cela vise aussi à pourrir les choses, à nous faire perdre notre crédibilité devant les Français et les pouvoirs publics. C’est un piège. D’ailleurs, ils sont assez ironiques quand on discute avec eux».

L’usine ne produit plus rien depuis neuf jours, une cagnotte a été mise en place pour aider les salariés et les Amiénois se montrent solidaires. Contactée par Libération, la direction n’a pas souhaité répondre.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

150 %
«Au Bataclan mon spectacle prend une autre dimension»
«La clause dite "Molière" est "illégale" car contraire au droit européen relatif au détachement de travailleurs et à la libre prestation de services.»
Aubry envoie un courrier aux Lillois pour les enjoindre à voter Macron
A quatre jours du second tour, un virulent débat Macron-Le Pen

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages