Salaires des profs : Blanquer évoque une hausse de 70 à 90 euros par mois l'an prochain

Jeudi sur RTL, Jean-Michel Blanquer a indiqué que les hausses de salaires des professeurs pourront être comprise entre 70 et 90 euros nets par mois dès l'an prochain, pour ceux qui sont en début de carrière. 

Les hausses de salaires des professeurs, prévues dans le cadre de la réforme des retraites, pourront être comprise entre 70 et 90 euros nets par mois dès l'an prochain, pour ceux qui sont en début de carrière, espère Jean-Michel Blanquer. "Nous travaillons" à des hausses de salaires "depuis des mois, ça se traduira par des augmentations importantes dès 2021", a dit jeudi le ministre de l'Education sur RTL.

Lors de discussions qui se sont ouvertes lundi avec les organisations syndicales, il a annoncé son intention de consacrer 500 millions d'euros à ces revalorisations, qui prendront effet en janvier 2021. Tous les professeurs devraient ainsi voir leurs rémunérations augmenter, mais pas forcément des mêmes montants. "Un prof qui commence aujourd'hui est à 1.600 mensuels environ, ce n'est pas assez", a estimé Jean-Michel Blanquer.

"Les augmentations, ça peut se traduire dès 2021 par des hausses très substantielles pour les jeunes professeurs: nous voulons dès l'an prochain une augmentation qui puisse être entre 70 et 90 euros nets par mois", a précisé le ministre. Il a jugé le montant "significatif d'autant plus que c'est une augmentation qui continuera au cours des années suivantes". En effet, les discussions avec les syndicats doivent déboucher avant l'été sur une loi de programmation de revalorisations salariales.

Les hausses toucheront "d'abord plus particulièrement les plus jeunes des professeurs"

Les hausses, qui commenceraient en 2021, s'amplifieraient au fil des ans pour atteindre environ 10 milliards en 2037, qui s'ajouteraient au budget de l'Éducation nationale (52,7 milliards d'euros en 2020).

Interrogé sur cet objectif de 10 milliards, Jean-Michel Blanquer a répondu: "C'est en réalité potentiellement plus que(...)


Lire la suite sur Paris Match