Salaire des assistantes maternelles : l’erreur de ce ministre fait réagir

Jean-Christophe Combe a (très largement) surévalué les revenus des assistantes maternelles, avant de se corriger.

POLITIQUE - L’erreur aurait presque pu passer inaperçue. Mais non. Ce mercredi 26 octobre lors de l’examen du projet de financement de la sécurité sociale à l’Assemblée nationale, Jean-Christophe Combe a affirmé qu’une assistante maternelle gagnait « trois Smic en moyenne ». Une affirmation qui n’a pas manqué de faire réagir sur les bancs de l’hémicycle.

« Trois Smic en moyenne ? » lance un député. « Oui monsieur », persiste le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées. Après des huées et des échanges de regards avec les bancs de la majorité, le ministre s’est ensuite corrigé : « un tiers de Smic fois trois en moyenne, donc ça fait un SMIC effectivement, pardon ».

Une bourde à laquelle pas grand monde n’avait prêté attention, mais qui a refait surface sur Twitter le lendemain. Un internaute a partagé la vidéo de l’intervention de Jean-Christophe Combe, comptabilisant plus de 300 000 vues en moins de 24 heures.

Sans surprise, la séquence est exploitée par des opposants au gouvernement, notamment du côté du Rassemblement national.

« La déconnexion est totale »

« Un ministre de la Macronie explique qu’une assistante maternelle gagne 3 SMIC, soit 4 000 euros net par mois. Après avoir été interpellé par un collègue, il modifie sa version. La déconnexion est totale… », a notamment taclé le député RN Nicolas Meizonnet.

La députée RN de Gironde et vice-présidente de l’Assemblée nationale Hélène Laporte a abondé : « Comment peut-on être aussi éloigné de la réalité d’une profession dont son ministère à la charge ? ».

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi :

Une motion de censure à chaque 49-3 ? La NUPES divisée

Comment visiter l’Assemblée nationale ? La procédure a été simplifiée

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron a eu l’occasion de dire, pendant la campagne, qu’il allait se réinventer. Tout ça, pardon, ressemble à des foutaises"