On sait quelle quantité exacte d'alcool augmenterait le risque d'AVC

Vinotecarium

En France, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) représentent une cause importante de handicap, la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer et l’une des principales causes de mortalité, selon Santé publique France. En 2019, 129.000 personnes ont été hospitalisées pour ce type d'attaque, révèle une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), qui observe également des séquelles plus importantes chez les personnes au niveau de vie modeste. Parmi les facteurs de risque clairement établis, certains comme l'âge ou les antécédents familiaux sont inévitables, mais d'autres, déterminés par le mode de vie, sont clairement réversibles.

Concrètement, 10 facteurs de risques potentiellement modifiables sont associés à 90% du risque d'AVC, au premier rang desquels figure la consommation d'alcool. Les conclusions d'une étude publiée le 2 novembre 2022 dans la revue Neurology, qui avait pour vocation "d'étudier l'association entre la charge d'alcool cumulée et le risque d'AVC chez les jeunes adultes", expliquent ceci : un verre et demi d'alcool par jour suffit à augmenter le risque de faire une attaque. Plus précisément, les individus ayant consommé au moins 105 grammes d'alcool par semaine pendant 2, 3 ou 4 années consécutives avaient un risque accru de faire un AVC, de l'ordre de 20 %. "La réduction de la consommation d'alcool doit être soulignée chez les jeunes adultes ayant de fortes habitudes d'alcool dans le cadre de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Amoxicilline : risque de pénurie de l’antibiotique le plus prescrit en France
Une étude compte le temps qu'il faut aux jeunes parents pour retrouver un sommeil normal
La Haute autorité de santé recommande le dépistage systématique de la drépanocytose dès la naissance
Qatar : le virus du chameau qui inquiète les organisateurs de la coupe du monde de football
Le cannabis est pire pour les poumons que le tabac, selon ces chercheurs