Que sait-on des patients victimes de thrombose après l'injection du vaccin d'AstraZeneca ?

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Dans son dernier rapport de pharmacovigilance, l'ANSM dénombre trois nouveaux cas de thromboses atypiques liées à des thrombopénies associées à l'injection du vaccin d'AstraZeneca, portant à douze, dont quatre mortels, le nombre total de ces événements indésirables depuis le début de la vaccination. Un rapport publié dans The New England Journal of Medicine nous en apprend plus sur les signes cliniques des victimes de ces effets secondaires très rares.

Vaccin AstraZeneca : les thromboses considérées comme un effet secondaire rare

Il s'agit de cinq personnes, travaillant dans le domaine de la santé, admises à l'hôpital d'Oslo en Norvège. Elles se sont présentées moins de dix jours après leur vaccination pour des douleurs persistantes à la tête ou à l'abdomen. Les médecins ont procédé à l'analyse de plusieurs marqueurs biologiques pour essayer de comprendre les mécanismes qui sous-tendent ces cas de « thromboses vaccinales ». Les cinq cas étudiés ont un facteur commun : la présence d'anticorps dirigés contre les plaquettes.

Profil des patients victimes de thrombose liée au vaccin d'AstraZeneca

Les patients admis à l'hôpital d'Olso étaient relativement jeunes, entre 32 et 54 ans, et majoritairement des femmes (quatre cas sur cinq).

  • La première patiente, âgée de 37 ans, a été admise à l'hôpital avec des maux de tête intenses et une thrombopénie sévère. Un scanner du cerveau révèle la présence d'une thrombose dans les sinus transverses et sigmoïdes dans le côté gauche du cerveau. Son état s'aggrave rapidement après son arrivée, notamment à cause de l'apparition d'une hémorragie cérébrale. Elle décède deux jours plus tard.

  • La seconde patiente, âgée de 42 ans, se rend à l'hôpital sept jours après sa vaccination avec des maux de tête. Les examens décèlent également une thrombose veineuse dans le cerveau, avec l'occlusion du sinus sigmoïde gauche. Elle décède après deux semaines de soins intensifs.

  • Le troisième cas est un homme de 32 ans, se plaignant de douleur thoracique sept...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura