On sait enfin d’où vient cette maladie de peau qui menace les dauphins

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

En novembre 2007, trois dauphins Burrunan (Tursiops australis) s’échouent sur une berge de l’état de Victoria, en Australie. Les animaux, dont on ne dénombre qu’une centaine d’individus au total, sont dans un état inquiétant. Deux ans plus tard, entre septembre et octobre 2009, ce sont trois autres cétacés, des grands dauphins de l’océan Indien (Tursiops aduncus), cette fois-ci qui s’échouent dans l’état d’Australie Occidentale. Ils sont dans le même état que les dauphins du Burrunan.

Les cétacés, nos cousins des mers

Leur corps est recouvert presque en totalité de lésions dermiques profondes et ulcérantes qui sont à l’origine de la mort des cétacés. Plus de dix ans après, des scientifiques australiens et américains sont parvenus à trouver la cause de cette dermatite jusqu’alors inconnue. Elle est due à un changement brutal des eaux côtières fréquentées par les deux espèces de dauphins.

Un des dauphins autopsiés présentant des lésions cutanées importantes. Ici, une femelle adulte de l'espèce T. australis. © Pádraig J. Duignan et al., Scientific Reports
Un des dauphins autopsiés présentant des lésions cutanées importantes. Ici, une femelle adulte de l'espèce T. australis. © Pádraig J. Duignan et al., Scientific Reports

Une maladie liée à l'environnement

L’autopsie des animaux a permis de révéler l’ampleur des lésions qui parsèment le corps des dauphins. Elles sont de plusieurs sortes : des colorations ou décolorations anormales, des vésicules de formes irrégulières présentant des colorations pathologiques, allant du jaune au gris. Au centre de ces lésions, les tissus sont nécrosés et purulents. Enfin, la plupart des lésions sont recouvertes d’une couche épaisse de champignons et de microalgues.

Cette maladie de peau n’est pas due à un pathogène mais à un changement soudain mais durable de la salinité de l’eau. En effet, les scientifiques ont relevé la salinité de l’eau en ppt (soit la quantité de sels dissous en gramme par kilogramme d’eau de mer) au moment où les animaux se sont échoués. Il apparait que celle-ci était anormalement basse. En temps normal, elle est de 35 ppt mais, entre juillet et novembre 2009, elle était en-dessous...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura