Que sait-on des "Covid longs", ces patients qui vivent l'enfer depuis plusieurs mois ?

·1 min de lecture

On les appelle les "Covid longs". Ces patients ont contracté le coronavirus il y a parfois neuf mois et souffrent toujours. Si au départ les médecins ne les prenaient pas au sérieux, une étude de l'hôpital Hôtel-Dieu à Paris estime qu'ils représentent jusqu'à 30% des malades. Des patients qui subissent, toujours par à-coups, fatigue écrasante, troubles neurologiques, ou toux intense, alors qu'ils ont été infectés au mois de mars. Parmi eux, Alice, rencontrée par Europe 1, vit un véritable calvaire.

>> DIRECT - Suivez l'évolution de la situation mercredi 2 décembre

"C'est tellement douloureux qu'on en dort pas"

"La fatigue est terrassante, vraiment", témoigne cette ancienne marathonienne de 47 ans qui courait jusqu'à 60 kilomètres par semaine. "J'ai des rechutes si je fais trop d'activité. C'est une gêne respiratoire, des douleurs et des inflammations cutanées. C'est tellement douloureux qu'on en dort pas." Des mois après son infection, Alice a donc besoin, outre son médecin généraliste, d'être suivie par "un dermatologue, un pneumologue, un endocrinologue", et même un gynécologue. Car le coronavirus a provoqué chez elle des "bouleversements hormonaux hallucinants". L'ancienne sportive a d'ailleurs dû se faire opérer il y a deux semaines "de cet endroit". 

Un "désordre physique" donc, mais aussi une souffrance psychologique : "on a l'impression d'être emprisonné dans un corps que l'on ne reconnaît plus. Cela crée beaucoup de chagrin, de moments de solitude et c'est surto...


Lire la suite sur Europe1