Les saisies de contrefaçons explosent malgré la pandémie de Covid-19

·2 min de lecture

Si la fréquentation de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle a été fortement affectée par la pandémie, les contrefaçons, elles, circulent à plein régime. Les douanes françaises ont annoncé ce lundi avoir saisi plus de 5,5 millions d’articles contrefaits en 2020, soit une hausse de 20% par rapport à l’année précédente.

À Roissy, Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics a présenté ce lundi un plan pour « combattre les grands trafics qui menacent la santé et la sécurité des consommateurs ». Une situation qui touche la France et d'autres pays dans le monde.

Au palmarès des contrefaçons, on retrouve les habituels articles de luxe, les chaussures, les vêtements, les objets en cuir soit environ 800 000 saisies, suivis des jeux et des jouets, un peu moins de 500 000 saisies, ou encore des équipements électroniques. Mais pandémie oblige, les douanes ont aussi saisis des centaines de milliers de masques contrefaits et de médicaments, allant du remède miracle aux traditionnelles pilules contre les problèmes d’érection. Ils sont détectés parmi les petits colis de commerce en ligne qui arrivent en France par avion.

Des contrefaçons majoritairement en provenance d'Asie

Selon une enquête de l'OCDE, l’organisation de coopération et de développement économiques, datant de mars 2019, les contrefaçons saisies, proviennent principalement de Chine et de Hong Kong, mais aussi des Émirats arabes unis, de la Turquie, de Singapour, de la Thaïlande et de l’Inde.

La France est la deuxième principale victime de ce fléau, avec 17% de contrefaçons saisies derrière les États-Unis 24%, et devant l’Italie 15%, la Suisse 11% et l’Allemagne 9%. À l’échelle de l’UE, près de 7% des importations sont des contrefaçons. C’est une perte fiscale de 16 milliards d’euros par an.

Un nombre croissant d’entreprises de Singapour, de Hong Kong et d’économies émergentes comme le Brésil et la Chine sont également des cibles, selon l’OCDE.

► À lire aussi : Contrefaçon: 15 milliards d’euros de manque à gagner pour les États européens