Saisie record de 35 nouvelles ondes gravitationnelles !

·2 min de lecture

Lorsque des trous noirs ou des étoiles à neutrons entrent en collision, l’impact fait comme trembler jusqu’à l’espace-temps. Un peu comme lorsque l’on jette un gros caillou dans une flaque d’eau. Il se forme une onde. Une onde gravitationnelle. Un phénomène détecté pour la première fois il y a quelque cinq années maintenant. Et aujourd’hui, une équipe annonce avoir observé pas moins de 35 nouvelles de ces ondes gravitationnelles. Un record portant le nombre total des détections à 90 !

35 nouvelles ondes gravitationnelles dans l'escarcelle des astronomes. Une telle prise n'aurait été possible sans une coopération internationale, rappellent les chercheurs. © Carl Knox, OzGrav-Swinburne University
35 nouvelles ondes gravitationnelles dans l'escarcelle des astronomes. Une telle prise n'aurait été possible sans une coopération internationale, rappellent les chercheurs. © Carl Knox, OzGrav-Swinburne University

Les astronomes de l’OzGrav (ARC Centre of Excellence for Gravitational Wave Discovery) rapportent que les observations ont eu lieu entre novembre 2019 et mars 2020. Parmi ces ondes gravitationnelles, quelques-unes se font remarquer. GW191219_163120, par exemple, résulte de la collision entre un trou noir et l’une des étoiles à neutrons les moins massives jamais découverte. GW191204_171526 marque la fusion de deux trous noirs dont un tourne à la verticale. GW191129_134029, de son côté, est née de la rencontre de deux trous noirs dont la masse totale ne dépasse pas 18 fois celle de notre Soleil. Alors que GW200220_061928 s’est formée à partir de trous noirs d’une masse supérieure à 145 fois celle de notre Étoile.

Au total, les chercheurs ont dénombré 32 ondes gravitationnelles créées par des collisions de trous noirs et deux issues de collisions entre un trou noir et une étoile à neutrons. La dernière des 35 nouvelles observées reste encore un mystère. L’objet le plus léger de la collision qui lui a donné naissance, en effet, semble trop lourd pour être une étoile à neutrons, mais trop léger pour être un trou noir.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles