Législatives: l'opposante Nupes de Clément Beaune visée par des tracts homophobes anonymes

Caroline Mecary, candidate de la Nupes, dans la 7e circonscription de Paris, le 17 mai 2022.
 - Emmanuel DUNAND / AFP
Caroline Mecary, candidate de la Nupes, dans la 7e circonscription de Paris, le 17 mai 2022. - Emmanuel DUNAND / AFP

"Voulez-vous d'une députée qui fera des lois qui piétinent les repères des enfants? Voulez-vous comme députée une militante des revendications LGBT?". Voici ce qu'ont pu lire certains habitants de la 7e circonscription de Paris sur des tracts distribués dans leur boîte aux lettres ce jeudi, en vue du second tour des législatives.

Dans cette circonscription, la candidate de la Nupes aux élections législatives Caroline Mecary affrontera ce dimanche Clément Beaune, ministre-candidat de la majorité présidentielle, lors du second tour du scrutin. Ce dernier se retrouve en ballotage défavorable, n'ayant obtenu que 35,8% des voix contre 41,1% pour sa concurrente. En cas de défaite, il devra quitter son poste au gouvernement.

"Appeler à voter contre moi, c'est appeler à voter pour le candidat-ministre"

"Si vous pensez que la famille c'est important, si vous voulez protéger vos enfants de la propagande LGBT, ne votez pas Caroline Mecary le 19 juin", peut-on lire en grosses lettres sur ce tract, partagé sur Twitter par le journaliste Grégoire Orain.

"Appeler à voter contre moi, c'est appeler à voter pour le candidat-ministre. Je n'ai aucune idée de qui a produit ce tract mais je sais à qui c'est utile", commente Caroline Mecary à BFMTV.com.

"C'est une vraie boule puante de fin de campagne", déplore la candidate. L'équipe de Clément Beaune n'a pas répondu à nos sollicitations, mais le ministre s'est fendu d'un tweet. "Ces tracts scandaleux n’ont bien entendu aucun rapport avec moi ou mes soutiens. Comme vous, la haine homophobe, je la connais malheureusement et je la combats toujours", a-t-il écrit ce vendredi.

"Une instrumentalisation de la transphobie et de l'homophobie"

Le tract avance notamment des propos homophobes et transphobes, accusant la candidate de vouloir "faire avancer les revendications LGBT partout". Caroline Mecary est avocate au barreau de Paris et plaide régulièrement en faveur des droits des personnes LGBT+, notamment pour le mariage pour tous ou l'ouverture de la PMA pour toutes.

"Depuis plus de 30 ans, Caroline Mecary milite pour le mariage gay et pour que les couples de même sexe puissent avoir des enfants par PMA ou GPA", continue le tract signé par "le collectif des familles de l'Est parisien", qui ne semble n'avoir aucune existence réelle.

Il accuse également la candidate d'utiliser "le droit français et les tribunaux pour obtenir que des femmes puissent devenir hommes et pour que des mères qui ont changé de sexe soient inscrites comme pères de leurs enfants sur leur acte de naissance". Caroline Mecary soutient régulièrement l’inscription à l’état civil français d’enfants nés à l’étranger d’une mère porteuse.

"C'est tout simplement une instrumentalisation de la transphobie et de l'homophobie", dénonce l'avocate.

Tracts diffamatoires

Le tract mentionne également le travail d'avocate de la candidate: "voulez-vous comme députée une avocate qui a tenté d'escroquer ses clients?", peut-on lire. "Si j'avais commis la moindre indélicatesse, j'aurais eu à subir une procédure disciplinaire de l'ordre des avocats. Il faut vraiment ne rien avoir contre moi pour parler de ça", réagit Caroline Mecary.

Elle n'est pas la seule visée par des tracts diffamatoires durant cette campagne des élections législatives. À titre d'illustration, Sandrine Rousseau, également candidate pour la Nupes à Paris, en a également fait les frais.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles