Sainte-Sophie transformée en mosquée à Istanbul : pourquoi cela crée des tensions à l'échelle internationale

·1 min de lecture

Sainte-Sophie perd son statut de musée et devient une mosquée. C'est la fin d'un long processus politique et juridique engagé à l'automne 2013 par le gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre. Vendredi, le Conseil d'Etat turc, la plus haute juridiction administrative du pays, a accédé à la requête de plusieurs associations en annulant une décision gouvernementale datant de 1934 conférant à Sainte-Sophie d'Istanbul le statut de musée. Dans la foulée, Erdogan a annoncé l'ouverture de la désormais mosquée aux prières.

Malgré son statut de musée, les activités liées à l'Islam s'étaient multipliées à l'intérieur de Sainte-Sophie depuis l'arrivée du responsable au pouvoir en 2003, avec notamment des séances de lecture du Coran ou des prières collectives sur le parvis du monument. Erdogan, devenu président de la Turquie en 2014, a toutefois promis que l'édifice resterait ouvert aux visiteurs à l'image des deux autres grandes mosquées d'Istanbul, la Mosquée bleue ou la Mosquée Süleymaniye (dite de Soliman le Magnifique).

Lire aussi - La tension monte de nouveau entre Macron et Erdogan : on vous explique pourquoi

Une mosquée longtemps interdite aux non-croyants. Un petit aparté historique s'impose. Erigée sur les ruines d'un temple grec, la première basilique Sainte-Sophie voit le jour en 330 sous l'impulsion de l'empereur romain Constantin, converti au christianisme. Incendié et partiellement détruit par plusieurs séismes successifs, l'édifice e...


Lire la suite sur LeJDD