Pour la Saint-Sylvestre, Hollande en visite à l'hôpital Lariboisière

"Pour bien décider, il faut bien comprendre": c'est ainsi que François Hollande, en visite aux urgences de l'hôpital parisien de Lariboisière (XVIIIe), a expliqué son déplacement en cette Saint-Sylvestre, tout comme ceux de nombre des membres de son gouvernement.

Pas moins d'une quinzaine ministres étaient cette nuit sur le terrain. "Les ministres doivent connaître toutes les réalités. Pour bien décider, il faut bien comprendre", a déclaré le président de la République aux journalistes, rappelant sa consigne d'un "gouvernement présent 365 jours sur 365".

Sa visite dans le plus principal service d'urgences de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, avec 250 passages par jour, avait aussi pour but de témoigner "respect" et "considération" envers les personnels de ce service public "qui ne fait pas le tri".

La question de "l'organisation du système de soins"

Pour autant, l'affluence aux urgences de "plus de personnes âgées, de plus de précaires et de personnes en difficulté" renvoie aussi à la question de "l'organisation du système de soins", a souligné François Hollande, conscient que sa tournée avant 22 heures ne représentait "pas le moment du rush".

Traditionnellement, le 31 décembre est marqué par de la traumatologie due à des agressions, des rixes ou des états d'ébriété et "plutôt après minuit", a précisé le Pr Patrick Plaisance, chef du service des urgences de Lariboisière, hôpital proche des deux grandes gares de l'Est et du Nord.

"Je suis très content que le président vienne, et qu'il voie la mobilisation du service public... et ses difficultés", a dit à l'AFP le Pr Plaisance.

Bobologie

Si la question de la sécurité a bien (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Pour la Saint-Sylvestre, Hollande en visite à l'hôpital Lariboisière
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.