Saint-Soline : Darmanin ne veut « qu’aucune ZAD ne s’installe » et maintient plus de 1 000 gendarmes sur place

© Ugo Amez/Sipa

Les heurts de la veille ne semblent pas avoir déstabilisé les militants « anti-bassines ». Après une manifestation de plusieurs milliers de personnes samedi 29 octobre, provoquant de nombreux blessés dans les deux camps, une partie des militants sont restés ce dimanche à proximité du chantier. 1500 gendarmes étaient toujours sur place pour y interdire l'accès. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, s’est exprimé sur la situation. « Notre volonté est qu'aucune ZAD ne s’installe dans les Deux-Sèvres. J’ai donc décidé de laisser un maximum de forces de l’ordre, plus d’un millier de gendarmes resteront » le temps nécessaire.

La préfète Emmanuelle Dubée a évoqué au micro de France Info près de 2 000 personnes encore présentes, malgré l’interdiction de manifester. « Je rappelle que la manifestation demeure interdite, donc tout acte visant à se rassembler ou tenter à nouveau d'entrer sur le site de la réserve sera de nouveau écarté », avait-elle averti.

Une canalisation sectionnée

Dans l’après-midi, des militants cagoulés, en bleu de travail et équipés de pelles et de pioches, ont sectionné l’une des canalisations censées alimenter la future réserve, même si son rôle n’a pas été précisé. Du moins c’est ce qu’indique Julien Le Guet, porte-parole du collectif Bassines non merci à l’origine de la mobilisation. « Nous venons de faire tomber un des six bras de la pieuvre », s’est-il félicité. Plus tôt dans la journée, le militant avait annoncé « une action surprise qui impactera phy...


Lire la suite sur LeJDD