Saint-Pierre-et-Miquelon: Stéphane Claireaux, député agressé par des anti-pass, va «porter plainte»

·2 min de lecture

Député LREM de Saint-Pierre-et-Miquelon, Stéphane Claireaux a été visé devant son domicile par des projectiles lancés par des anti-pass samedi. Il va porter plainte plainte.

Le député (LREM) Stéphane Claireaux a annoncé lundi son intention de porter plainte après avoir été visé la veille par des projectiles devant son domicile de Saint-Pierre-et-Miquelon lancés par des manifestants contre le pass sanitaire, une attaque qui selon lui "ressemblait à une lapidation".

"Je vais porter plainte, c'est une évidence. Certains peuvent penser qu'on ne prend pas les bonnes décisions. On reçoit tous des menaces de mort par mail, à un moment donné, il faut que ça s'arrête", a déclaré Stéphane Claireaux au site Internet de France Info.

Lire aussi:10 millions de cas en Afrique, la France sous tension… le point sur le coronavirus

Le député a raconté qu'il attendait les manifestants, qui devaient passer "devant (son) domicile", "afin de pouvoir discuter avec eux". "Il y avait une voiture qui était chargée d'algues, de goémon (ensemble d'algues), et les gens ont commencé à m'en lancer à la figure. Cela ressemblait à une lapidation. Ma femme est venue me rejoindre sur le perron de la maison. J'ai évité à 5 centimètres près un galet qui nous est passé près de la figure", a-t-il poursuivi.

Le pass sanitaire instauré mercredi à Saint-Pierre-et-Miquelon

La ministre de la Mer Annick Girardin avait dénoncé dimanche soir une "attaque", en affirmant que M. Claireaux avait "reçu de nombreux projectiles violemment projetés au visage suivis par des jets de pierres", alors que le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu avait estimé qu'il avait été "lynché devant son(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles