Saint-Martin-du-Var : la mairie rachète des terres agricoles pour faciliter les circuits courts

Saint-Martin-du-Var, aux pieds des montagnes du Mercantour et à 20 minutes de Nice, est une commune prisée des Alpes-Maritimes. Difficile pour les agriculteurs de s’y installer face à la pression immobilière, alors que la terre alimentée par le fleuve Var est l’une des plus fertiles de la région. Claude Antoniazzi, qui a décidé de tenter l’expérience, s’est installé sur un terrain de 4 000 mètres carrés pour cultiver des plantes aromatiques et arbres exotiques. Ses terres sont louées à la mairie pour 54 euros par mois. Le maire (LR) de Saint-Martin-du-Var, Hervé Paul, guette en effet les terrains cultivables, qu’il rachète pour les relouer à de jeunes agriculteurs. Coût de l’opération ? 700 000 euros. "La seule façon pour que les agriculteurs s’installent aujourd’hui, c’est que ce soit la force publique qui fasse l’acquisition", explique ce dernier. Le département des Alpes-Maritimes perd en effet chaque année une vingtaine d’exploitations agricoles. Alimenter les circuits courts Franck Clére s’est installé sur l’un de ces terrains il y a deux ans pour cultiver des brocolis. La mairie a sélectionné son projet, une production en agriculture biologique destinée au commerce local, parmi une dizaine de candidatures. Son voisin Jonathan Béreau, qui bénéficie du même dispositif, paye un loyer de 220 euros par mois pour un terrain d’1,5 hectares. Il espère pouvoir en faire profiter les enfants du village, expliquant avoir dès le début du projet avoir été sollicité par "les cantines scolaires". Dans la commune, le projet semble ravir tous les habitants. Bonne nouvelle, ces initiatives fleurissent "un peu partout sur le territoire", indique Valérie Heurtel, journaliste France Télévisions, comme "à Coignières dans les Yvelines, Mouans-Sartroux dans les Alpes-Maritimes ou Gignac-la-Nerthe dans les Bouches-du-Rhône". "L’objectif des communes, c’est de maintenir des petites exploitations pour alimenter le marché local", ajoute la journaliste. Les particuliers peuvent également se mobiliser pour les agriculteurs, en investissant dans des groupements fonciers agricoles, ou en confiant leur épargne au mouvement citoyen Terre de Liens, qui rachète des terres agricoles et les loue à des agriculteurs.