"Qu’est ce que tu fais, tu es complètement malade !" : un homme condamné après avoir agressé sexuellement sa mère

Un homme a été condamné le 24 mai par le tribunal de Saint-Malo pour des violences sexuelles sur sa mère. (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Un homme a été condamné à 12 mois de prison dont 6 mois avec sursis probatoire pour violences sur ascendant. L'individu avait déshabillé sa mère en pleine nuit avant de se masturber.

Un homme était jugé devant le tribunal de Saint-Malo, ce mardi 24 mai, après avoir agressé sexuellement sa mère, rapporte Le Pays Malouin. Les faits remontent à l'été 2020. L'homme âgé d'une trentaine d'années vient rendre visite à sa mère qu'il n'a pas vu depuis 21 ans et reste chez elle plusieurs semaines.

"Qu’est ce que tu fais, tu es complètement malade !"

L'appartement est petit, ce qui les contraint tous les deux à cohabiter dans le salon. Lors d'une nuit, alors qu'elle a été déshabillée par son fils, la mère se réveille et aperçoit l'individu en train de se masturber.

"Qu’est ce que tu fais, tu es complètement malade !", aurait-elle alors déclaré. Au moment des faits, l'homme s'excuse et dit qu'il ne comprend pas. Le trentenaire finira par admettre à la police qu’il voulait "voir l’endroit par où il était né".

Déja condamné à 6 mois d’emprisonnement pour agression sexuelle sur sa sœur et une voisine, l'individu a passé sept années en hôpital "psycho-thérapeutique". L'expert psychiatre parle d’un homme à la dangerosité avérée, avec une tendance paranoïaque. Il a été condamné ce mardi 24 mai pour violences sur ascendant, à 12 mois de prison dont 6 mois avec sursis probatoire pendant 2 ans.

VIDÉO - "Et là, j’entends quelqu’un dire : "Tu n’as pas honte de te branler sur la meuf ?"" : Pauline, 22 ans, agressée sexuellement à Rock-en-Seine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles