Saint-Malo : sous bracelet électronique, il agresse sexuellement sa nièce chez qui il vivait

Jugé lundi devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo, l'homme a écopé de deux ans d'emprisonnement.

Ils voulaient "simplement l'aider", mais ont fait, sans le savoir, entrer le loup dans la bergerie. À Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, un homme de 51 ans a été condamné lundi à deux ans de prison pour des agressions incestueuses sur sa nièce de 15 ans, chez qui il finissait de purger une autre peine sous bracelet électronique, rapporte Ouest-France.

Le 14 septembre dernier, la fille de sa sœur, âgée de 15 ans, dénonce plusieurs agressions sexuelles à répétition, qui se seraient déroulées entre juillet et septembre au sein même du foyer, non loin de Dinan, selon nos confrères.

"[Il] jouait sur deux tableaux et n'agissait qu'en l'absence de mes parents. [...] C'est quelqu'un de très dangereux", a décrit devant le tribunal la victime, citée par Ouest-France.

"On est face à un pervers sociopathe"

Pour toute ligne de défense, le prévenu a de son côté tenté de reporter la faute sur la famille de sa sœur, décrivant des hôtes aux mœurs étranges. "Tous, ils m’embrassaient, me touchaient. J’en avais marre", a-t-il ainsi prononcé, selon le quotidien régional.

Un expert psychiatre présent à l'audience décrit "une forme de jouissance malsaine" chez l'individu. "On est face à un pervers sociopathe, une paraphilie incestueuse", précise-t-il.

Selon nos confrères, en plus de sa condamnation à deux ans de prison et une peine de trois ans de suivi socio-judiciaire, l'homme a l'interdiction de se présenter chez la victime ou d'entrer en contact avec elle, mais aussi d'exercer toute activité auprès de mineurs pendant dix ans.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Le PDG d'Assu 2000, Jacques Bouthier, incarcéré pour viols sur mineure

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles