Saint-Exupéry et Henry de Ségogne : une histoire de cimes et d’amitié

Par Sophie Pujas
·1 min de lecture
« Le Petit Prince », de Saint-Exupéry, une œuvre iconique qui nous plonge dans les profondeurs de l'amitié.
« Le Petit Prince », de Saint-Exupéry, une œuvre iconique qui nous plonge dans les profondeurs de l'amitié.

Ils voulurent tous les deux tutoyer la ligne d'horizon. Saint-Exupéry l'aviateur et Henry de Ségogne l'alpiniste furent liés par une tumultueuse amitié au long cours, que raconte Bernard Bonnelle dans Toucher le ciel (Arthaud). Antoine et Henry se rencontrent en 1917 sur les bancs d'une classe prépa au lycée Saint-Louis, et ont le Quartier latin comme terrain de jeu. Ensemble, ils seront même figurants le temps d'un opéra sur les Champs-Élysées, Quo vadis.

Henry de Ségogne décrira ainsi son camarade : « le meilleur ami du monde, chahuteur inspiré quand il le voulait bien, mais de tempérament indépendant et rétif aux plaisirs collectifs ». Leurs chemins vont pourtant rapidement différer. Henry entame une carrière à la Cour des comptes, tout en développant une passion pour la montagne, qui le conduira à devenir l'un des plus brillants alpinistes de sa génération. Il est le premier Français à tenter une expédition à l'assaut de l'Himalaya ? même si rien ne s'y déroule comme prévu.

« La première qualité d'une amitié est d'être légère »

Saint-Ex, lui, peine un temps à se faire une place dans le monde, entre de douloureuses fiançailles rompues avec Louise de Vilmorin et des boulots transitoires. En s'engageant dans l'Aéropostale, il trouve sa voie. Étonnamment, Henry, pourtant familier des cimes, le semonce alors sur le danger couru. Antoine se rebiffe dans une lettre, non sans bon sens. « La première qualité d'une amitié est d'être légère. Je ne me vois nullement [...] Lire la suite