Saint-Augustin : « Johnny a coupé le nez de sa marionnette qu’il trouvait trop long »

Sébastien Roselé
Paris, 1989. Arnold Boiseau avec Serge Gainsbourg devant les marionnettes de Serge Gainsbourg et de Johnny Hallyday

Arnold Boiseau, créateur de la marionnette de Johnny aux Guignols de l’info, vit aujourd’hui à Saint-Augustin. Il se souvient de la popularité énorme de la caricature que la star n’aimait pas.


C’est à lui qu’on doit Les Guignols de l’info, qu’il a créés sur Canal + en 1988. C’est à lui aussi que l’on doit la présence de Johnny Hallyday dans ce programme qui s’est d’abord appelé Les Arènes de l’info. Arnold Boiseau, 69 ans, demeure à Saint-Augustin. Il est le père de la marionnette qui fit rire toute la France.

« À la création du programme, avec Alain de Greef (directeur des programmes), nous avons choisi les marionnettes. Il fallait des chanteurs. Et on a choisi Michael Jackson et Johnny Hallyday. » Dès le départ, le rocker sera donc de la partie. Et il sera fortement caricaturé. « C’était une énorme star à la popularité monstrueuse. Quand on est tout ça, on s’expose à la parodie », glisse dans un petit rire Arnold Boiseau.

Mais il fallait une signature pour la marionnette. Arnold Boiseau avait observé que le chanteur commençait ses phrases par « Ah » et, après une pause, continuaient par « je pense que ». L’auteur décide de court-circuiter tout ça pour ne garder que le « Ah que ». Ce sera la marque de fabrique du Johnny des Guignols. En revanche, la boîte à coucou, qu’Arnold Boiseau trouve « idiote », n’est pas de lui.

Même si la marionnette est tordante, elle fait passer le chanteur pour un benêt. Son créateur conteste. « C’était de la caricature pure et dure. L’important, c’était que ce soit drôle. Sinon, ça ne marchait pas. On traitait tout le monde de la même façon. » Le programme cartonne. Chaque soir, deux millions de personnes regardent les marionnettes diffusées en clair.

Mais tout le monde ne se marre pas devant ce Johnny en latex. « On a appris que Johnny était très irrité par sa marionnette. Ce qu’il n’aimait pas, c’était son nez. Ce que la marionnette disait, il s’en foutait. » Alors Johnny Hallyday est invité dans l’émission Nulle Part Ailleurs (NPA), dans (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

La Ferté-sous-Jouarre : les trafiquants de drogue tamponnaient des cartes de fidélité
Avon-Fontainebleau : l’anarchiste condamné pour avoir collé des affiches hostiles à l’Etat
Saint-Pathus : deux des dealeurs de cannabis derrière les barreaux
Seine-et-Marne : 11,6 millions d’euros demandés pour les victimes de l’incinérateur
Noisiel : le lycéen sans papiers, menacé d’expulsion, a été libéré

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages