Sahel : le rendez-vous à N’Djamena se précise

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Le président français Emmanuel Macron a laissé la porte ouverte à une évolution de l'opération antidjihadiste Barkhane.
Le président français Emmanuel Macron a laissé la porte ouverte à une évolution de l'opération antidjihadiste Barkhane.

Il y a un an, lors du sommet de Pau, dans le sud de la France, le président français et ses homologues du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) avaient décidé d'intensifier la lutte antidjihadiste pour enrayer une spirale de violences qui s'étendait dans tout le Sahel. Le président Emmanuel Macron avait envoyé 600 hommes en renfort dans cette région grande comme l'Europe. Pour l'exécutif et les militaires français, le « sursaut » décidé à Pau a bien produit de « nombreux résultats tactiques ». Mais aujourd'hui, tout semble différent et la France pourrait tout remettre à plat. Les autorités françaises souhaitent notamment un engagement croissant de ses alliés européens et un relais politique plus efficace des États africains sur le terrain.

Une date se dégage

Pour alléger sa présence, la France mise beaucoup sur le déploiement d'unités d'élite européennes au sein de la nouvelle force Takuba, chargée d'accompagner l'armée malienne au combat. Créé à l'initiative de Paris, ce groupement de forces spéciales qui rassemble aujourd'hui Français, Estoniens et Tchèques, est le « signe d'une prise de conscience grandissante des enjeux sahéliens qui sont cruciaux pour toute l'Europe », a fait valoir récemment le président français. Mais « le cap reste inchangé », a assuré le chef d'État, en évoquant l'objectif de « stabilité » du Sahel et la « victoire contre les terroristes ». Paris doit officialiser cette première vague de retrait à l'occasion du pro [...] Lire la suite