Sahel : la moitié des Français opposés à la présence française

Par Guerric Poncet
·1 min de lecture
Un soldat français de l'opération Barkhane en 2019 au Mali.
Un soldat français de l'opération Barkhane en 2019 au Mali.

Pour la première fois, un sondage montre que la moitié des Français désapprouvent la présence de militaires français au Sahel. Cette enquête exclusive Ifop* pour Le Point, que nous publions huit ans jour pour jour après le déclenchement de l'opération Serval, le 11 janvier 2013, montre que 51 % (donc la moitié, avec les marges d'erreur) des sondés ne sont « pas favorables » à l'intervention militaire française au Mali, dont 19 % qui n'y sont « pas du tout favorables ».

La question posée aux sondés ne concerne que le Mali, l'un des cinq pays du Sahel couverts par l'opération Barkhane, qui a succédé à Serval en 2014, et s'étend aussi au Tchad, au Niger, au Burkina Faso et à la Mauritanie. Mais « nous pouvons extrapoler ce résultat à l'ensemble de Barkhane », selon Jérôme Fourquet, directeur du département opinions à l'Ifop, car « les Français ne font pas vraiment le distinguo et l'essentiel des combats et des pertes ont lieu au Mali ».

À LIRE AUSSISoldats français morts au Sahel : ça va durer encore longtemps ?

Barkhane va être « de plus en plus difficile à justifier »

Le sondage a été réalisé début janvier, juste après deux attaques meurtrières qui avaient entraîné la mort de cinq soldats français en quelques jours. La frappe aérienne dite de Bounti, qui a donné lieu à une vive polémique (les armées françaises sont accusées de bavure, ce qu'elles démentent fermement), a été connue du grand public « pour l'essentiel après l'enquête », selon Jérôme Fourquet.

Pour [...] Lire la suite