Le Sahel après Barkhane : l’idée que s’en font des Nigériens

·1 min de lecture
Des points de vue contradictoires sont observés quant à l'idée que des nigériens se font du Sahel après le départ de Barkhane. 
Des points de vue contradictoires sont observés quant à l'idée que des nigériens se font du Sahel après le départ de Barkhane.

Alors que Barkhane comme opération extérieure va être remplacée par Takuba, marquée par l'apport de forces spéciales européennes à côté de troupes de pays du Sahel, plusieurs incertitudes pèsent dans l'esprit des populations. Des Nigériens ont tenté de répondre aux questions du Point Afrique.

Le Point Afrique : Malgré le nouveau dispositif désormais mis en place autour de Takuba avec des forces spéciales européennes et des armées africaines dans le cadre de la Minusma, que diriez-vous aujourd'hui de l'état de la résistance au terrorisme islamiste dans le Sahel ?

Abdourahmane Maïga, consultant indépendant :

Malgré le fait qu'on a des armées européennes et africaines qui sont mutualisées pour lutter ensemble et qu'on constate une forte résistance, je ne me fais pas d'illusion. Que toutes les armées étrangères s'en aillent ! La Minusma, il faut qu'elle parte. On connaît l'origine de ces djihadistes. On sait qui finance et comment ça vient dans nos pays. Tout le monde connaît le Qatar, tout le monde connaît l'Arabie saoudite. Tout le monde sait dans quelle logique ils sont. Alors pourquoi on vient chercher à régler les conséquences de cette guerre-là qu'on nous a imposée et non pas la cause ? Que toutes ces armées étrangères rentrent chez elles ! Les pays africains, aujourd'hui, ils vont comprendre. Le fait qu'on soit morcelés, balkanisés comme ça, il y a une fonction qu'on ne peut plus assurer, la fonction sécuritaire qu'on ne peut plus garder. Nos armées ne son [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles