Sahara Occidental: la table ronde sans précédent de l'ONU s'achève sans résultat

Alain Chémali
Nouveau coup d'épée dans le sable sur le conflit du Sahara Occidental. La première table ronde à quatre, Algérie, Front Polisario, Maroc et Mauritanie, organisée par l'envoyé spécial de l'ONU, Horst Kohler, pour relancer les négociations s'est achevée sans autre résultat qu'un engagement à poursuivre le dialogue en 2019. 

L'initiative de Horst Kohler, ex-président allemand et envoyé spécial de l'ONU au Sahara occidental était jusque là totalement inédite et partait d'une bonne intention. En l'occurrence réunir les quatre parties impliquées au conflit autour d'une même table, les 5 et 6 décembre au Palais des Nations, siège de l'ONU à Genève pour sortir de l'impasse un conflit vieux de 43 ans.

Le blocage reste entier entre les protagonistes

Une rencontre présentée par les Nations Unies comme "un premier pas vers un processus renouvelé de négociations en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental", mais qui n'a pas vraiment porté ses fruits.

Sans précédent depuis 2012, la table ronde qui a regroupé les ministres des Affaires étrangères algérien, marocain, mauritanien et le président du "parlement" sahraoui, s'est achevée sans autre résultat que l'engagement de se revoir début 2019 pour parler du statut du Sahara Occidental.

A l'issue de ces premières discussions directes en 6 ans, Horst Kohler s'est félicité que les parties se soient "engagées ouvertement et dans un esprit de respect mutuel" sans toutefois réussir à cacher que le blocage demeurait entier entre les protagonistes.

Le Maroc, qui contrôle de fait 80% de ce territoire (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi