Sahara occidental: nouvelles plaintes pour tortures contre le Maroc déposées par un collectif d'ONG et avocats

AFP PHOTO/FADEL SENNA

Il y a douze ans, le campement de Gdeim Izik, établi un mois plus tôt près de Laayoune, par des manifestants indépendantistes sahraouis, était démantelé par les autorités marocaines. Des centaines de personnes ont été interpellées. Vingt-cinq militants sahraouis ont été condamnés en 2013, dont 19 sont encore en prison. Ce mois-ci, une coalition d'organisations et d'avocats déposent six nouvelles plaintes pour tortures contre le Maroc auprès du comité contre la torture des Nations unies, au nom de six de ces prisonniers.

Ces six prisonniers sont Mohamed el Bachir Boutanguiza, Abdellahi Lkhfaouni, Sidi Ahmed Lemjiyed, Ahmed Sbai, Abdullahi Toubali et Houssein Zaoui. La coalition demande une enquête sur les sévices subis au cours de l'interpellation et de la détention de ces détenus.

Justine Lavarde, du bureau pour la protection des défenseurs des droits humains de la FIDH, fait partie de cette coalition. Elle est au micro de Magali Lagrange de la rédaction Afrique. « On dépose des plaintes pour des faits de torture qui ont eu lieu depuis les arrestations, donc depuis douze ans maintenant, qui sont donc des faits de torture physique, tout ce qu’on peut imaginer de plus terrible, des coups, des menaces. On a reçu certains témoignages faisant état de prisonniers qui étaient mis nus à leur arrivée au commissariat et qui étaient suspendus pendant des heures, qui étaient battus.

À lire aussi : «Nous sommes toujours dans le cadre d’une détention arbitraire» dans le dossier Gdim Izik


Lire la suite sur RFI