Sahara occidental : l’émissaire de l’ONU Horst Kohler déclare forfait pour "raison de santé".

Alain Chémali
Coup d’arrêt imprévu dans les pourparlers sur le Sahara occidental: l’ONU a annoncé, le 22 mai 2019, la démission de Horst Kohler, son émissaire sur le dossier, "pour raison de santé". Une version contestée par le site marocain Yabiladi.

L'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, l'ancien président allemand Horst Kohler, 76 ans, a démissionné de ses fonctions "pour raison de santé", ont annoncé les Nations unies dans un communiqué.

"Le secrétaire général (Antonio Guterres) regrette profondément cette démission, mais dit la comprendre parfaitement et transmet ses meilleurs vœux à l'émissaire", précise le communiqué de l'ONU, sans fournir de précision sur les problèmes de santé de l'ancien président allemand.

Kohler avait réussi rétablir un dialogue au point mort depuis six ans

En poste depuis juin 2017, Horst Kohler s’était investi personnellement dans la recherche d’une solution à ce conflit vieux de 44 ans.

Il avait réussi à renouer des pourparlers au point mort depuis six ans, en convoquant les quatre parties concernées, le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie, à deux tables rondes à Genève en décembre 2018, puis en mars 2019.

Après ces rencontres que l’émissaire de l’ONU souhaitait "sans pré-conditions", une troisième, désormais compromise, devait être convoquée avant l’été, même si Horst Kohler avait estimé fin mars que les positions restaient "fondamentalement divergentes"

Antonio Guterres, qui avait appelé désespérément les parties à "des gestes de bonne foi" pour progresser vers une solution, a remercié son émissaire pour son travail. Il a également remercié "les parties (Maroc (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi