La saga des Bissonnet, rois de la barbaque

Par Nadjet Cherigui
·1 min de lecture
Jean-Baptiste, Julien, Michel, Jean, Charles et Bernard Bissonnet (de gauche à droite).
Jean-Baptiste, Julien, Michel, Jean, Charles et Bernard Bissonnet (de gauche à droite).

99, rue du Faubourg-Saint-Honoré dans le très chic 8e arrondissement de Paris, à quelques centaines de mètres du palais présidentiel. L'adresse claque comme celle des boutiques voisines débordant de luxe. Il n'y a pas à rougir de la comparaison, car ici la devanture dit fièrement « Boucheries nivernaises ». Un nom, une signature, celle des Bissonnet, une famille de bouchers haute couture. Sur les étals, les modèles n'ont rien à envier à ceux des vitrines élégantes du quartier et font saliver d'envie les amateurs de bonne chère.

Les étiquettes disent : b?ufs de race normande, veaux du Limousin, agneaux de Lozère et du Quercy, cochons noirs de Bigorre, volailles de Bresse et des Landes. Les éleveurs sont les grands noms de ces collections et les bêtes sont suivies et sélectionnées avec soin par ces orfèvres de la viande. Car chez les Bissonnet, le métier est imprégné dans cet ADN qui a modelé des bouchers, de père en fils, de génération en génération, depuis Napoléon III. Autant de temps, d'histoires et d'expériences qui ont façonné de l'exigence, de la rigueur, de la passion et des hommes, bourreaux de travail. Car le succès de cette famille bouchère d'excellence tient à sa capacitéde travail phénoménale et à son obsession de la perfection.

Lire aussi Qui veut la peau des bons vivants ?

À la table du président

Ces bouchers hors normes fournissent les tables présidentielles ? de Gaulle payait ses commandes avec son propre chéquier ?, mais aussi les cuisines des [...] Lire la suite