Sadiq Khan, l’homme qui a sérieusement réduit la grande visite à Londres de Donald Trump

Rachel Wearmouth
Sadiq Khan, l’homme qui a sérieusement réduit la grande visite à Londres de Donald Trump.

INTERNATIONAL - Il y a peu, le maire de Londres a été interrogé sur ce qu'il ferait si Donald Trump devait visiter sa ville. En sa qualité de tout premier musulman élu à la tête d'une grande capitale occidentale, Sadiq Khan aurait été en droit d'éluder la question.

Depuis sa victoire de 2016, avec le chiffre extraordinaire de 1,3 million de voix — la plus large victoire personnelle de l'histoire politique britannique —, il a fréquemment été la cible de tweets agressifs et à la limite du racisme de la part du président américain.

Mais l'ancien avocat spécialisé dans les droits de l'homme, qui, à la tête d'une ville rongée par la criminalité, fait lui aussi l'objet de critiques, a livré une réponse aussi élégante que caractéristique de son opposition avec Donald Trump.

"Je l'emmènerais dans ces endroits de Londres où règne la plus grande diversité, où chacun peut être lui-même tout en étant non seulement toléré, mais respecté, célébré et pleinement accepté", a-t-il affirmé.

Donald Trump a finalement obtenu ce fameux voyage au Royaume-Uni auquel il aspirait tant, avec thé en compagnie de la reine, parade militaire et conférence de presse commune avec Theresa May.

Mais ce n'est pas là la visite d'État qu'il désirait et que la Première ministre lui avait promise l'année dernière, lors de son propre passage à Washington. Pas de trajet en calèche avec la souveraine, un honneur dont avaient joui aussi bien Vladimir Poutine que George W. Bush. Pas de visite à Buckingham Palace, ni même au 10, Downing Street, la résidence officielle de Theresa May. Et pas de belles photos devant les nombreux grands monuments qui font la gloire de Londres.

J'emmènerais [Donald Trump] dans ces endroits de Londres où règne la plus grande diversité, où chacun peut être lui-même tout en étant non seulement toléré, mais respecté, célébré et pleinement accepté Sadiq Khan, maire de Londres

L'atmosphère régnant sur la ville est clairement illustrée par la réaction de l'ambassade américaine...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post