"On sacrifie toute une génération" : les propos forts de Julien Clerc sur la crise sanitaire

·1 min de lecture

Ce dimanche 7 février, le chanteur Julien Clerc a accordé une interview à nos confrères du Journal du dimanche pour présenter son 26e album, intitulé Terrien, qui sortira dans les bacs le vendredi 12 février. Dans cet entretien, l’ancien coach de The Voice parle bien sûr de ce nouvel opus, qu’il a composé pendant la période du confinement, de sa carrière, mais aussi de la crise sanitaire due à la Covid-19 qui, selon lui, sacrifie la jeunesse.

Pour l'interprète de Femmes je vous aime, avec cette pandémie, "on sacrifie toute une génération alors que c’est aux populations à risque de faire attention", a-t-il déclaré au JDD. Le chanteur de 73 ans admet être très vigilant, même s’il y a des conséquences dans sa vie privée. "Je vois très peu mes enfants, en particulier mon fils de 20 ans, car je sais que le danger, si j'ose dire, peut venir de lui. On se téléphone, bien sûr, mais j'ai mis notre relation entre parenthèses", raconte ainsi l'artiste.

Julien Clerc avoue qu’il n’aimerait pas avoir 20 ans en 2021 et revient sur la chance qu’il a eue de connaître deux choses essentielles pendant sa propre jeunesse : l’amour et la musique. "C'était en plein Mai 68. Pourtant, je n'y ai pas participé : j'étais trop occupé à vivre avec ma copine dans la maison de trois étages qu'elle partageait avec ses frère et sœur à Bourg-la-Reine. Je n'ai pas jeté le moindre pavé, mais au moins, il existait autour de moi des rêves pour l'humanité", se souvient le chanteur. Selon lui, aujourd'hui, à cause de (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Jean-Louis Aubert suicidaire ? Il révèle avoir sombré à la fin du groupe Téléphone
Gérard Blanchard : que devient le chanteur de Rock Amadour ?
“Ça me casse les c* de devoir en permanence m’excuser d’être redevable” : le coup de gueule d’Yseult dans Clique (VIDEO)
Yaël Naïm : 5 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur la chanteuse
"Ma liberté de danser" : Bob Sinclar parodie Florent Pagny pour exprimer son "ras-le-bol", et c'est étonnant !