Le sacré coup de pouce de Jean-Pierre Foucault à une Miss le soir de son sacre !

·1 min de lecture

Quel toupet ! Grâce à son culot et son aplomb, Sophie Thalmann avait marqué les Français le soir de son élection de Miss France 1998. C'était le 13 décembre 1998. A la question posée par Jean-Pierre Foucault "Qu'aimerez-vous faire plus tard", la jeune femme, alors Miss Lorraine, avait répondu illico : "prendre votre place !" Cette petite phrase avait beaucoup amusé le présentateur mais aussi le public. Sans doute, cette réplique lui avait même permis de se distinguer ce soir-là. Quelques années plus tard, Jean-Pierre Foucault se souvient de cette élection. Et révèle une anecdote croustillante.

Ce jeudi 5 novembre, Sylvie Tellier, directrice du Comité Miss France sort le livre 1920 - 2020 Miss France (Ed. Hors Collection). Un bel ouvrage qui retrace l'histoire du concours de beauté et qui fourmille d'anecdotes. De nombreuses ex-Miss France témoignent et reviennent sur ce jour qui a changé leur vie. Jean-Pierre Foucault qui anime l'élection depuis 1995. Avec le temps témoigne également. Au fil des années, il a vu l'évolution du concours de beauté : "Les prétendantes ne sont pas idiotes et ont compris qu’être élue Miss France pouvait être un ascenseur social extraordinaire. Depuis quelques années, toutes les Miss sont intelligentes, brillantes, cultivées et belles", note-t-il.

Il en a aussi profité pour livrer un détail croustillant à propos de l'élection de Sophie Thalmann et sa fameuse phrase. C'est lors des répétitions que la jeune femme s'était distinguée par cette "sortie". (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Dave payé pour passer à la télé, il révèle combien d'argent il réclame
Matt Pokora annonce une triste nouvelle à ses fans sur Instagram
Joe Biden élu président des Etats-Unis : Marion Cotillard, Cristina Cordula... Les stars se réjouissent de sa victoire
Nabilla partage une photo ultra sexy pour son retour à la maison, les internautes sous le charme
Arthur : ses proches touchés par le coronavirus, il a dû faire un douloureux sacrifice