Rudy Giuliani, l'avocat de Donald Trump, piégé dans "Borat 2"

·4 min de lecture

Le plus célèbre journaliste kazakh revient dans "Borat 2", un nouveau documentaire parodique, piégeant au passage des partisans de Donald Trump et son avocat, Rudy Giuliani.

Le journaliste kazakh fictif campé par l'humoriste britannique Sacha Baron Cohen, fait son grand retour sur les écrans. Une mauvaise nouvelle pour les négationnistes, les partisans de Donald Trump et même l'avocat de ce dernier, Rudy Giuliani.

La suite des aventures de Borat, sobrement intitulée "Borat 2" en version française mais dont le titre original est "Borat Subsequent Moviefilm : Delivery of Prodigious Bribe To American Regime For Make Benefit Once Glorious Nation of Kazakhstan", ("Livraison d'un extraordinaire pot-de-vin au régime américain pour en faire profiter la glorieuse nation du Kazakhstan), sera accessible dès le 23 octobre sur Amazon Prime.

Le premier épisode de ses péripéties loufoques à travers les États-Unis, en 2006, avait récolté 260 millions de dollars, une sélection aux Oscars et laissé des scènes cultes, comme celle du "mankini", surprenant string à bretelles affectionné par Borat.

Comme le premier film, "Borat 2" a été tourné comme un faux documentaire cet été - alors que les mesures de confinement s'assouplissaient aux États-Unis - par Sacha Baron Cohen et son équipe pour mieux piéger personnalités politiques et anonymes avec son personnage de reporter arriéré et indélicat.

Rudy Giuliani, victime d'une fausse interview

L'intrigue du nouvel opus n'a pas encore été dévoilée, mais les scènes les plus osées ont déjà commencé à faire parler d'elles : Rudy Giulani a reconnu en juillet avoir été victime d'une fausse "interview" organisée dans une chambre d'hôtel en présence d'une très entreprenante jeune femme.

Dans le film, l'ancien maire de New York, âgé de 76 ans, semble finir en fâcheuse posture, puisqu'il est retrouvé la main dans le pantalon. Il s'est défendu mercredi sur Twitter de toute mauvaise intention, accusant la vidéo de Borat d'être "fabriquée". "Je remettais ma chemise dans mon pantalon après avoir retiré le matériel d'enregistrement", écrit-il.

"À aucun moment avant, pendant ou après l'interview je n'ai eu un comportement déplacé. Si Sacha Baron Cohen sous-entend le contraire, il ment éhontément", insiste Rudy Giuliani dans son tweet.

Il avait précédemment déclaré au New York Post qu'il croyait répondre à des questions sur la gestion de la pandémie par le gouvernement de Donald Trump et qu'il ne s'était pas rendu compte immédiatement "qu'il devait s'agir de Sacha Baron Cohen". "J'ai pensé à tous les gens qu'il avait bernés avant moi et j'ai été fier de moi parce qu'il ne m'a pas eu", a-t-il assuré au journal.

Proche de Donald Trump, l'ex-maire de New York n'est pas le seul républicain à avoir été tourné en dérision par Borat, parfois aux risques et périls de ce dernier. Dans une tribune pour le magazine TIME, Sacha Baron Cohen a récemment expliqué comment il avait sérieusement craint pour sa vie lorsqu'il s'était invité, pour les besoins de son film, dans un rassemblement favorable au port des armes à feu dans l'État de Washington.

>> À lire aussi : Sarah Palin n'est que la première victime de Sacha Baron Cohen dans sa série provocante "Who is America?"

"Borat 2" imagine que le journaliste kazakh, condamné aux travaux forcés après la débâcle du premier épisode, se voit offrir une chance de redorer sa réputation et celle de son pays en offrant un cadeau au vice-président Mike Pence.

Une campagne de publicité virale est en cours pour promouvoir le film, y compris via un compte Twitter parodiant le gouvernement du Kazakhstan qui enchaîne les annonces les plus absurdes rédigées dans un anglais approximatif, en félicitant par exemple le président Trump pour avoir "écrasé Covid donné à lui par démocrates".

Une plainte déposée

Le premier film avait donné lieu à certaines poursuites judiciaires, comme celles engagées par des étudiants apparaissant longuement à l'écran. Le nouvel épisode fait déjà l'objet d'une plainte déposée par les héritiers d'une rescapée de la Shoah, décédée cet été peu après avoir été interviewée par Baron Cohen.

Judith Dim Evans est filmée en train d'éduquer Borat sur les camps de concentration nazis et apparaît sous un jour positif, mais sa fille affirme qu'elle ne souhaitait pas figurer dans une œuvre comique abordant le génocide.

Sacha Baron Cohen, qui est lui-même juif, est un ardent pourfendeur de l'antisémitisme et du révisionnisme et milite contre les théories du complot qui fleurissent sur les réseaux sociaux.

Avec AFP