#saccageParis : le hashtag sur la saleté de la capitale agace la mairie de Paris

·1 min de lecture

Tout est parti du ras-le-bol d’un Parisien, qui n’imaginait pas que son compte Twitter et que son hashtag #saccageParis prendraient autant d’ampleur, voire une tournure politique. Lancé le 21 mars dernier par le compte @PanamePropre sur le réseau social, ce hashtag a engendré plus de 25.000 messages en un peu plus de deux semaines. Le principe ? Dénoncer la saleté dans la capitale, comme l’expliquent Le Monde ou Le Parisien.

“Les tags, les affiches sauvages, les panneaux de signalisation abîmés, les ordures dans le caniveau, les chaussées défoncées... J'avais fini par m'habituer, jusqu'au jour où j'ai pris conscience de l'ampleur de la dégradation de notre ville”, explique au Parisien le créateur de ce compte, qui publie des photos, parfois anciennes, des rues parisiennes jonchées d’ordures notamment. De nombreux internautes l’ont imité, photos et messages parfois cinglants visant Anne Hidalgo, la maire de la capitale, à l’appui.

De quoi pousser la Ville de Paris à réagir face à cette “campagne de dénigrement”. “Comme toutes les villes de France, Paris est confrontée à des incivilités et à des problèmes de régulation de l’espace public”, explique la Ville sur Twitter, assurant que “certaines photos postées sont anciennes ou prises avant le passage des équipes de la propreté”, qui “sont actuellement réduit[e]s de 10% en raison de la propagation du coronavirus (cas contact ou agents porteurs), ce qui peut entraîner des retards de traitement”.

“La propreté a toujours été un problème (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les plateformes d'école à la maison tombent en panne
Histoire, or, commerce… ce qu’il faut savoir sur le Groenland (Danemark)
Un avion d’Ethiopian Airlines se trompe d’aéroport au moment de l'atterrissage
En plein Paris, une église bondée de fidèles sans masques ni distanciation pour la messe de Pâques
Covid-19 : la Corée du Nord renonce aux JO de Tokyo, la Corée du Sud déçue