Zara ouvre une enquête interne après la polémique sur son sac reprenant des motifs de créateurs

Xavier Condamine

MODE - "C'est le point culminant de ce qui m'arrive en ce moment. Je me bats contre la multiplication de produits dérivés sans aucune considération. Zara est en quelque sorte la goutte d'eau qui fait déborder le vase." La déclaration, lâchée au HuffPost, illustre le désarroi de "Quibe", designer français indépendant.

Ce n'est pas la première fois que cet artiste affiche sa confusion sur cette affaire jugée "délicate". Les jeudi 16 et vendredi 17 novembre derniers, il s'était déjà exprimé sur les réseaux sociaux en diffusant de longs messages d'explications.

"Alors? Toujours rien à dire? Pourtant vous semblez aimer mes dessins d'art. Quatre croquis en un seul article! Je suppose que je dois être flatté. Mais c'est simplement du vol."

Le produit a été supprimé de la vente...

Courant septembre-octobre, la multinationale spécialisée dans le prêt-à-porter commercialise deux modèles, proposés en rouge ou en bleu, au design identique: un sac à main et une petite pochette. Le visuel laisse apparaître des motifs artistiques comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Problème: ces dessins ne proviennent pas de Zara mais de créations issues de trois artistes indépendants, un jeune Allemand de 24 ans nommé Boris Schmitz, le Français "Quibe" et enfin le designer syrien Annes Bil.

Le premier à découvrir ces modèles mis en vente est l'artiste allemand. Abasourdi par la nouvelle, il décide de contacter des sources allemande et britannique telles que The Fashion Law ou Fashion United pour rendre l'affaire publique.

A ces médias, il affirme son agacement. "Ils se fichent de ce qui est juste et décent (...) Je pense qu'on pourrait s'attendre à ce qu'une entreprise comme...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages