Un sac de billes (France 3) : pourquoi le tournage du film avait-il provoqué un scandale à Nice ?

·1 min de lecture

À la rentrée 2015, Patrick Bruel et Elsa Zylberstein se trouvaient sur la Promenade des anglais mais ils n'étaient là pour des vacances. En effet, les deux stars tournaient la nouvelle version d'Un sac de billes, qui allait ensuite sortir au cinéma en janvier 2017. Mais, sur le plateau, un élément de décor a crée le scandale. De bon matin, en ce beau mois de septembre, les badauds niçois furent saisis d'une hallucination : un gigantesque drapeau nazi était déroulé sur la façade du Palais de la Préfecture, dans la vieille ville ! Émoi, consternation, interrogations de la population, et bien vite, des médias. S'agissait-il d'un canular ? Si oui, il n'était pas de très bon goût. Evidemment, il n'en était rien. Cet emblème du IIIe Reich avait été installé sur le Palais préfectoral des Rois sardes car l'édifice servait de décor pour le tournage du film du Québécois Christian Duguay (Jappeloup).

Ce dernier s'attelait en effet à la nouvelle adaptation d'Un sac de billes, autobiographie de Joseph Joffo (qui nous a quitté en décembre 2018), classique de la littérature française, déjà porté à l'écran par Jacques Doillon en 1975. Ce livre puissant, étudié dans bon nombre d'écoles, raconte les mésaventures de deux jeunes frères juifs, pourchassés par les Nazis dans la France Occupée. Les enfants étaient incarnés à l'écran par Dorian Le Clech et Batyste Fleurial. Dans l'après-midi, face au tollé, la Préfecture s'était fendue d'un communiqué de presse, expliquant cette incroyable maladresse (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Katie Holmes (Wonder Boys, Arte) : de Dawson à aujourd'hui, retour sur l'évolution physique de l'actrice (PHOTOS)
Police Academy (C8) : cette actrice d'une série culte qui a été révélée par le film
Top Gun Maverick : date de sortie, intrigue, casting… Toutes les infos sur la suite du film culte avec Tom Cruise
Mort de l'acteur Moussa Théophile Sowié, l'interprète du postier dans Les Visiteurs
Patrick Sébastien : après son César, Albert Dupontel lui a témoigné sa reconnaissance dans un touchant message