Sabotage des gazoducs Nord Stream : un diplomate ukrainien mis en cause

L’affaire remonte au 26 septembre 2022. Ce jour-là, les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 explosent, occasionnant des fuites en mer Baltique. Très rapidement, il va être établi qu’il s’agit d’un acte délibéré. Si l’identité de ou des auteurs va longtemps être débattu, à partir de 2023, la responsabilité d’un commando ukrainien est mise en avant. Comme le raconte franceinfo, un bateau avait été vu à proximité avec six personnes, cinq hommes et une femme. C’est un Ukrainien, Rustem Abibulayev, qui aurait réglé la location du bateau en question. Impossible de l’interroger, mais la piste ukrainienne va être confirmée, puisque selon la journaliste du site spécialisé dans le renseignement Intelligence Online, Morgane Fert-Malka, l’équipage disposait de faux passeports, tous obtenus par le chef des services secrets ukrainiens.

Mais l’enquête va rebondir quand, à l’automne dernier, le Washington Post et Der Spiegel vont étayer cette piste du sabotage ukrainien, avec un commanditaire : Roman Tchervinski. Les journalistes étrangers se justifient en rappelant qu’il était « coordinateur de l'opération Nord Stream » et qu’il « s'est occupé de sa logistique ». Une hypothèse qui ne tient pas selon Morgane Fert-Malka, interrogée par franceinfo au cours de cette enquête. La raison ? Roman Tchervinski a organisé, juste avant, un projet de défection d’un pilote russe qui devait livrer son avion aux Ukrainiens. Le pilote n'arrivera jamais, et un bombardement aura lieu sur l’aérodrome, ...


Lire la suite sur LeJDD