Sabotage de fibres optiques : «Des actes d'une extrême gravité», dénonce le DG de Free

"Oui, c'est un acte de sabotage", confirme Thomas Reynaud. Le patron de Free était l'invité de l'émission La France bouge jeudi, au lendemain des actes de vandalisme sur les fibres optiques qui ont perturbé la connexion internet dans plusieurs villes françaises, notamment Strasbourg, Grenoble et Lyon. "Notre centre de supervision a été alerté par des coupures simultanées de fibres optiques qui concernaient Free et deux autres opérateurs télécoms. Nos équipes ont réagi vite", s'est-il félicité au micro d'Elisabeth Assayag.

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Les équipes de Free sont parties sur le terrain à 4 heures du matin, détaille le patron du groupe, "pour réparer et rétablir le service. On a eu environ 100.000 abonnés (sur 20 millions) qui ont été affectés par cette coupure, essentiellement dans l'est de la France : Strasbourg, Gravelines, Reims", précise Thomas Reynaud sur Europe 1. "On a réussi à rétablir le service au bout de quatre-cinq heures, ajoute-t-il.

Les hôpitaux, les commerçants et les étudiants possiblement impactés mercredi

Le patron de Free évoque le caractère sérieux de ce sabotage. "Même si ces actes n'ont concerné qu'une minorité de nos abonnés, ce sont des actes d'une extrême gravité parce qu'ils étaient coordonnés, et ce n'est pas Free nécessairement qui a été ciblé, ce sont les Français", affirme-t-il. "Ce sont les capacités des hôpitaux à continuer de fonctionner...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles