Le sable du Sahara pourrait provoquer plus d'avalanches dans les Alpes

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
En février et mars, des poussières de sable du Sahara sont tombées à plusieurs reprises sur les Alpes françaises. (Illustration)

Les chutes de poussières du Sahara pourraient avoir de graves conséquences en France et augmenter le risque d'avalanches, explique « New Scientist ».

En février, les stations de sports d'hiver françaises ont vu leurs pistes jaunir à cause des retombées d'un nuage de sable venu du Sahara. Le ciel a changé de couleur pendant quelques jours. Et des particules radioactives ont même été retrouvées (sans que cela ne représente de danger). Ces désagréments ne sont rien comparé à ce qu'il pourrait se passer face à la répétition de tels phénomènes météorologiques. Selon une étude, publiée dans le magazine New Scientist, le sable du Sahara pourrait augmenter le risque d'avalanches dans les Alpes françaises.

Les chutes de poussières du Sahara, combinées à d'autres facteurs tels que l'épaisseur de la neige, l'altitude à laquelle le phénomène se produit ou encore l'inclinaison des pentes montagneuses, pourraient déstabiliser le manteau neigeux et le faire fondre plus rapidement, selon les scientifiques.

À cause du sable, la neige fondrait plus rapidement

« Les chercheurs ont découvert que le changement de la quantité de lumière reflétée ? à mesure que la neige s'assombrit ? provoque une augmentation de l'énergie entrant dans la couche neigeuse, ce qui accroît sa température et accélère sa fonte », explique le New Scientist.

À LIRE AUSSI Et si le sable venait à manquer ?

À noter que ces conclusions scientifiques ont été faites après des simulations numériques et n'ont pas fait l'objet d'une étude concrète sur le terrain.

En février et mars, en France, le sable du Sahara n'avait pas fait que salir les parebrises des voitures [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :