De Sabine Weiss à Marc Riboud, un petit tour dans les galeries parisiennes de photographie

Valérie Oddos
·1 min de lecture

Les musées restent désespérement fermés mais les galeries ont été autorisées à rouvrir en même temps que les commerces "non essentiels" fin novembre. Voici une petite sélection de ce qu'on peut voir en janvier dans les galeries de photographie ou en plein air.

L'Indochine imaginaire de Flore à l'Académie des Beaux-Arts


La photographe franco-espagnole Flore, lauréate 2018 du prix de photographie Marc Ladreit de Lacharrière, nous emmène en voyage dans l'Indochine de ses grands-parents et de Marguerite Duras, une Indochine silencieuse d'eau, de végétation et de maisons coloniales. Grâce aux très beaux tirages noir et blanc denses qu'elle réalise elle-même, au grain particulier et à quelques images en couleur qui évoquent les autochromes, elle nous plonge dans un univers mélancolique et onirique, qu'on dirait immuable mais qui n'existe vraiment que dans son imagination. L'odeur de la nuit était celle du jasmin est à voir à l'Académie des Beaux-Arts, jusqu'au 31 janvier (du mardi au dimanche, 11h-18h).

La Chine de Marc Riboud à la galerie Polka

En attendant de pouvoir découvrir la belle rétrospective du musée Guimet, on peut voir les photos de Chine de Marc Riboud (1923-2016) à la galerie Polka. Le photographe s'y est rendu de nombreuses fois à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi