Le S&P-500 finit en hausse à Wall Street après l'audition de Powell

par Stephen Culp
·2 min de lecture
LA BOURSE DE NEW YORK TERMINE EN ORDRE DISPERSÉ

par Stephen Culp

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a effacé ses pertes mardi après-midi, seul le Nasdaq terminant en baisse, alors que le S&P-500 et le Dow Jones ont fini la séance en hausse à l'issue d'une bataille entre les titres profitant des mesures de confinement sanitaires et ceux bénéficiant davantage d'une réouverture de l'économie.

L'indice Dow Jones a gagné 15,66 points (0,05%) à 31.537,35.

Le S&P-500, plus large, a pris 4,87 points, soit 0,13%, à 3.881,37.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 67,85 points (-0,50%) à 13.465,20.

Les principaux titres porteurs de croissance sur les marchés, qui ont connu un essor pendant les confinements imposés face à la crise sanitaire du coronavirus, ont pesé sur Wall Street pendant une grande partie de la journée alors que les investisseurs ont favorisé les actions attendues en hausse avec la levée progressive des restrictions sur l'économie, alors que les vaccins sont déployés à travers les Etats-Unis.

"Les gens misent sur la baisse, une démarche qui a été récompensée pendant des mois avec un marché à sens unique", a déclaré Dennis Dick, en charge de la structure de marché et trader chez Bright Trading LLC. "La seule peur qui règne est celle de laisser passer une occasion", a-t-il ajouté.

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), a écarté dans la journée le risque de voir les mesures de soutien mises en oeuvre par la banque centrale favoriser la formation d'une bulle financière, et il a souligné que la politique monétaire accommodante de la Fed resterait en place "un certain temps" encore.

"Les gens ont pris ces paroles à coeur", a déclaré Chris Zaccarelli, directeur des investissements chez Independent Advisor Alliance, à Charlotte en Caroline du Nord, à propos de l'audition de Jerome Powell devant une commission sénatoriale. "Cela les a fait reprendre leur liste d'achats".

Parmi les onze principaux secteurs du S&P-500, sept ont clôture en territoire positif, mais le secteur de la tech a connu les plus larges pertes.

Tesla a perdu 2,2% pour terminer en territoire négatif pour l'année, notamment sous l'effet de la chute du bitcoin qui a perdu 12,0%. Le constructeur de véhicules électriques a investi au moins 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin.

Le géant des magasins de bricolage Home Depot a publié des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu mais a exprimé ses doutes sur l'évolution de ses ventes cette année, provoquant une chute de 3,1% de son titre, la plus forte baisse du Dow Jones.

(Rédaction de Paris)