"S’il m’arrive quelque chose..." : Les mots inquiétants de Maya Millete, disparue en Californie

·2 min de lecture

Une mère disparue en Californie depuis janvier aurait confié à des membres de sa famille que s’il lui arrivait quelque chose, cela serait lié à son mari. Ce dernier ne collabore plus avec la police.

«S’il m’arrive quelque chose, cela sera de la faute de Larry». Cette phrase aurait été prononcée à des proches par Maya Millete au début du mois de janvier, lors d’un séjour en camping. Quelques jours plus tard, cette mère de famille américaine disparaissait mystérieusement. Le beau-frère de Maya Millete était présent lorsque la mère a partagé ses inquiétudes. L’homme a expliqué à Fox News que Larry, son mari, la tenait pour responsable de leurs problèmes conjugaux. «Il avait l’air désespéré. Il répétait que c’était de sa faute, de sa faute», lui aurait-il dit par téléphone l’été dernier. «Mais il avait plus l’air d’un agresseur qui essayait de nous mêler à ça. Il essayait de nous mettre de son côté, mais nous sentions que ce qu’il racontait était un tissu de mensonges», a raconté Richard Drouaillet. Le jour de sa disparition, Maya Millete avait d’ailleurs rendez-vous chez l’avocat pour demander le divorce. Elle comptait en faire l’annonce officielle à sa famille après l’anniversaire de sa fille, qu’elle préparait depuis des jours. Mais elle n’en a pas eu le temps.

Le mari ne collabore plus avec la police

C’est après une dispute avec son mari que la mère a disparu. Le frère de la jeune femme est allé lui rendre visite, afin de s’assurer que tout allait bien. Il est alors tombé sur son mari de 39 ans, expliquant que sa femme s’était enfermée dans une pièce après une dispute et ne voulait plus lui parler ni à lui, ni à leurs trois enfants. Le frère, peu convaincu, a fini malgré tout par rentrer chez lui. Mais voyant qu’elle ne répondait toujours à aucun appel, ses frères et soeurs sont retournés à son domicile de Chula Vista, obligeant le mari à ouvrir la porte de sa chambre. «Elle était vide, il n’y avait aucune trace(...)


Lire la suite sur Paris Match